Brexit

Reprise à Londres des négociations entre Britanniques et Européens


AFP le 07/10/2020 à 12:03

Les négociations entre l'UE et le Royaume-Uni pour tenter de trouver un accord sur la relation post-Brexit reprennent à Londres mercredi après-midi avec l'espoir d'aboutir d'ici fin octobre, a-t-on appris de sources européennes.

Elles doivent se poursuivre jusqu’à vendredi et une rencontre est prévue ce jour-là entre les chefs négociateurs Michel Barnier et David Frost, selon les mêmes sources. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le Premier ministre Boris Johnson sont convenus d’accélérer les négociations samedi pour tenter de parvenir à un accord sur les relations post-Brexit, alors que les négociations piétinent et que le temps presse. Les Européens veulent aboutir à un accord d’ici fin octobre mais il n’y a eu aucun progrès notable pour rapprocher les points de vue sur les trois sujets qui fâchent – pêche, aides publiques et gouvernance de l’accord -, après neuf séances de négociations à Londres et Bruxelles. Londres a fixé la date-butoir encore plus tôt au 15 octobre, date d’un sommet européen à Bruxelles.

Michel Barnier a appelé cette semaine les ministres de la Pêche de pays qui seraient les plus affectés en cas de « no deal », notamment le Français et le Néerlandais, selon des sources concordantes.

Malgré l’appel à accélérer les pourparlers alors que la date fatidique du 31 décembre qui marquera la fin de la période de transition entre l’UE et son ex-État membre se rapproche, le Premier ministre britannique a déclaré dimanche que son pays pourrait « très bien vivre » avec un « no deal ».

Selon un haut responsable européen, ce sentiment a aussi commencé à émerger parmi les 27. Un échec à conclure un accord sur la future relation aurait cependant des conséquences potentiellement désastreuses sur des économies déjà affectées par la pandémie. Les Européens estiment que les Britanniques n’ont toujours pas démontré leur volonté de réellement négocier sur les trois dossiers chauds, tandis que le Royaume-Uni reproche à Bruxelles de lui imposer des règles inacceptables pour obtenir un accord de libre échange (zéro quota, zéro tarif) qui ne tiendraient pas compte de sa souveraineté retrouvée.La ratification d’un éventuel accord reste par ailleurs menacée par les tensions apparues à la suite du projet de loi britannique qui remet en question certains des engagements pris dans le traité de divorce concernant l’Irlande du Nord.

Les articles du dossier