Pêche

Le Royaume-Uni signe un accord post-Brexit avec la Norvège


AFP le 30/09/2020 à 17:40

Le Royaume-Uni et la Norvège ont annoncé mercredi avoir conclu un accord sur la pêche, une des principales pommes de discorde qui demeurent entre Londres et l'Union européenne dans leurs négociations post-Brexit.

Il s’agit pour le Royaume-Uni, sorti de l’UE en janvier dernier, du premier accord de ce type depuis 40 ans, a souligné le gouvernement britannique dans un communiqué.

L’accord, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021, « permet aux parties de convenir d’échanges de quotas de pêche et d’un accès mutuel aux zones de pêche sous leurs juridictions respectives », a indiqué le gouvernement norvégien dans un communiqué. Ces points feront l’objet de discussions annuelles.

« D’autres aspects de la coopération dans le domaine de la pêche en mer du Nord devront cependant être réglementés par un accord tripartite distinct entre l’UE, la Norvège et le Royaume-Uni », précise le communiqué.

L’accord montre la « volonté commune du Royaume-Uni et de la Norvège de coopérer en tant qu’Etats côtiers indépendants et de trouver une gestion efficace et durable de leurs pêches », a assuré le gouvernement britannique.

Le traité conclu avec Oslo « comprend les mêmes principes que (ceux que) le Royaume-Uni cherche actuellement à atteindre avec l’UE », poursuit le communiqué, qui rappelle que la sortie de l’Union européenne permettra au pays de « décider qui peut accéder à ses eaux et selon quels termes, dans l’intérêt de son environnement marin » et du secteur économique.

La Norvège n’est pas membre de l’UE mais y est étroitement associée d’un point de vue économique, à l’exception notable de l’agriculture et de la pêche. Le Royaume-Uni a quitté le bloc le 31 janvier avec une période de transition qui court jusqu’à fin décembre.

Les négociations en vue d’un accord commercial entre Londres et Bruxelles au-delà de cette date achoppent notamment au sujet de la pêche.

Les Européens, en premier lieu les Français, les Espagnols, les Néerlandais, les Belges et les Danois, veulent continuer de pêcher dans les eaux britanniques, très poissonneuses, dont le Royaume-Uni veut reprendre le contrôle.

Selon le quotidien The Guardian, Londres a proposé aux Européens dans le cadre de ces négociations une période de transition de trois ans pour permettre aux flottes européennes de se préparer aux futures règles.

Les articles du dossier