sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Réforme de la PAC

précédent

/30

articles

suivant

Impact économique du Covid-19

Vigilance sur le lait, la viande et les produits frais


TNC le 24/03/2020 à 08:43
Le coronavirus et le confinement des Français modifie les habitudes d'achat et la distribution, avec des impacts économiques sur certaines filières (©Pixabay)

Le coronavirus et le confinement des Français modifie les habitudes d'achat et la distribution, avec des impacts économiques sur certaines filières (©Pixabay)

Si le ministre de l’agriculture répète à longueur d’interview l’importance de manger des produits frais, ce n’est pas uniquement par souci de la santé des Français : en période de confinement et de sorties moins fréquentes pour faire des courses, les produits frais plus vite périssables sont moins consommés et des filières risquent de subir de plein fouet les conséquences économiques de la pandémie.

« Il faut que nos concitoyens se mettent à acheter des produits différents, il y a 10 à 15 millions de Français qui jusqu’à présent mangeaient dans la restauration hors foyer, et qui mangent à la maison, il ne faut pas acheter que du riz et des pâtes, il faut acheter des produits frais », a rappelé Didier Guillaume le 19 mars sur BFM.

Car si les achats de précaution réalisés par les Français juste avant le confinement ont profité à tous les types de produits, les produits frais risquent d’être vite délaissés par les consommateurs confinés qui réduisent leurs déplacements et donc leurs achats les plus réguliers.

Pour certains producteurs qui vendent essentiellement sur les marchés de plein vent, l’inquiétude est également de mise, car les étals au grand air sont encore autorisés avec des mesures de sécurité, le Conseil d’État s’est prononcé dimanche 22 mars en faveur d’une fermeture, leur fréquentation importante présentant un risque de propagation du virus.  

Lire aussi : Vers un décrochage des prix du lait et de la viande ?

Adapter la distribution

Pour les produits de saison difficilement stockables, comme actuellement les asperges ou les fraises, la situation est problématique, et risque de durer en l’absence de mesures spécifiques. Parallèlement, si la viande française a gagné temporairement de nouveaux consommateurs, le secteur risque par ailleurs d’être impacté par l’absence des barbecues qui accompagnent traditionnellement le retour du printemps ou par l’interdiction des réunions familiales, qui soutiennent par exemple la consommation de l’agneau au moment de Pâques.

Même si la grande distribution a accepté de mettre en avant les produits frais français dans les rayons, cela n’empêche pas la diminution des achats et des commandes pour des produits plus ciblés. Ainsi, le Cnaol (Conseil national des appellations d’origine laitière) a alerté le 23 mars sur une baisse très importante des commandes, relevée depuis quelques jours par les transformateurs dans toute la France.

« Nous sommes effectivement confrontés à des décisions unilatérales de certains distributeurs qui stoppent brutalement les commandes jugeant que les produits sous signe de qualité ne sont pas de première nécessité », témoigne Dominique Chambon, producteur fermier de Rocamadour AOP.  

Lire aussi : La Coordination rurale demande des mesures de soutien
Et : Non, la France ne manquera pas de lait !

La filière laitière appelle de son côté à la vigilance, car si l’ensemble des acteurs sont mobilisés, et que pour le moment, la grande distribution a pris le relai en ce qui concerne les volumes qui devaient être destinés à la restauration hors foyer, le Cniel craint un pic de collecte qu’il faudrait lisser pour éviter un afflux trop important de lait auprès des transformateurs. Par ailleurs, l’impact reste important pour les PME qui fournissent la restauration hors foyer, ou certains marchés de niche.

Les articles du dossier