sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Réforme de la PAC

précédent

/30

articles

suivant

Coronavirus

Arrêt partiel de la production en Champagne


AFP le 19/03/2020 à 09:24

Plusieurs maisons de champagne ont arrêté leurs activités en cave en raison des mesures de confinement prises pour lutter contre le coronavirus, mais poursuivent leurs activités dans les vignes, a indiqué mercredi le PDG de Lanson Bruno Paillard.

« L’activité sera partiellement arrêtée dans beaucoup de nos maisons d’ici la fin de la semaine », notamment le dégorgeage, l’étiquetage et le conditionnement des bouteilles, ainsi que la facturation, a détaillé Bruno Paillard à la presse lors de la présentation des résultats du groupe pour 2019. « Il peut rester une activité de tirage et mise en bouteille avant deuxième fermentation » dans certaines maisons, a-t-il précisé lors d’une conférence téléphonique.

« Les résultats ne sont pas satisfaisants, mais moins pires que ce que l’on pouvait craindre » a-t-il indiqué, en souhaitant « garder l’optimisme » et en espérant que la crise sanitaire actuelle sera achevée avant le dernier trimestre de l’année durant lequel se réalise « la moitié du chiffre d’affaires ». En 2019, Lanson a réalisé un résultat net de 10,11 millions d’euros, en recul de 20,3 %. Le chiffre d’affaires s’est réduit de 9,8 % à 250 millions d’euros.

« La partie la plus difficile l’an dernier a été la grande distribution et le marché français », sur lequel Lanson « perd du terrain depuis une dizaine d’années » a expliqué Bruno Paillard. La baisse de rentabilité sur le champagne vendu en supermarché est une conséquence de la loi Alimentation qui a réduit les possibilités de promotion. « Il a fallu que chacun prenne ses marques vis-à-vis de la loi, mais je ne suis pas favorable à ce que la loi soit modifiée », a-t-il ajouté. Le groupe vise désormais une stratégie haut de gamme de valorisation du champagne.

« La loi a permis de mettre fin aux promotions abusives qui ont fortement abîmé l’image du champagne et fait baisser sa rentabilité », a-t-il relevé. Bruno Paillard s’est par ailleurs réjoui que son groupe n’ait plus qu’une échéance lourde de remboursement de dette bancaire en juin, à 7 millions d’euros. « Puis, en juin 2021, l’échéance tombera à 1 million d’euros » a-t-il dit. « Les grosses masses financières sont presque derrière nous. »

Les articles du dossier