Accéder au contenu principal

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mobilisation des agriculteurs

précédent

98/123

articles

suivant

Colère des agriculteurs

Tous les syndicats appellent à poursuivre les opérations de blocage


AFP le 26/01/2024 à 23:Jan
Traffic jam, tractors and cars.

(©Getty Images)

Venu sur une exploitation non loin du blocage de l'A64 à hauteur de Carbonne, le premier imité partout en France, Gabriel Attal n'a pas convaincu. Ses premières annonces et sa promesse d'un « sursaut agricole » sont loin d'être suffisante pour répondre à la colère profonde des agriculteurs. Le duo FNSEA-JA invite le Premier ministre à se mettre autour de la table ce samedi matin.

Abandon de la hausse de la taxe sur le gazole non routier (GNR), indemnités gonflées pour les éleveurs touchés par la maladie des bovins MHE, sanctions lourdes contre trois industriels de l’agro-alimentaire ne respectant pas les lois Egalim sur les prix: il a accédé à quelques-unes des demandes les plus pressantes des manifestants.

Evoquant un « mois de la simplification » d’ici au Salon de l’agriculture qui s’ouvre fin février, le chef du gouvernement a aussi cité notamment les « curages » des cours d’eau ou les délais de recours contre les projets de stockage d’eau et d’extension des bâtiments d’élevage.

« On ne vous lâchera pas. Je ne vous lâcherai pas », a-t-il lancé depuis une exploitation bovine de Montastruc-de-Salies (Haute-Garonne), jetant parfois un oeil sur son discours posé sur un ballot de paille. « On a décidé de mettre l’agriculture au-dessus de tout », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre s’est ensuite immédiatement rendu sur le barrage de Carbonne, sur l’A64, où il s’est lancé dans des échanges animés et amicaux avec les agriculteurs qui campent là depuis une semaine.

« Aller plus loin »

L’éleveur occitan Jérôme Bayle, initiateur du premier barrage devenu une figure de la contestation, a estimé avoir « gagné » sur trois points principaux: le GNR, l’irrigation et la MHE. « Si on s’est battus, c’est pour arrêter tout ça (…) ce soir je vous annonce que demain midi l’autoroute pourra circuler », a-t-il annoncé aux côtés du Premier ministre.

Mais l’Occitanie n’est pas la France, a rappelé quelques minutes plus tard le patron de la FNSEA, Arnaud Rousseau, douchant les espoirs d’une sortie rapide de la crise en appelant à « poursuivre cette mobilisation ».

« Ce qui a été dit ce soir ne calme pas la colère, il faut aller plus loin », a-t-il dit sur TF1, alors que le syndicat majoritaire, associé aux Jeunes agriculteurs, a mobilisé « plus de 72 000 agriculteurs » dans « 85 départements » pour exprimer un malaise profond.

Le Premier ministre a abordé de nombreuses revendications agricoles, sans toutefois mentionner les pesticides, pour lesquels la FNSEA a récemment demandé un « moratoire sur l’interdiction ». Le syndicat attend des réponses sur d’autres dossiers, liés à l’Ukraine, à la « surtransposition » en France des normes environnementales européennes ou à la retraite des agriculteurs.

De son côté, Véronique Le Floc’h, la présidente de la Coordination rurale, deuxième syndicat agricole, a prévenu que les tracteurs de ses adhérents allaient « rester sur les routes », regrettant que le recul du gouvernement sur le GNR ne soit pas allé plus loin.

La Confédération paysanne, troisième syndicat, classé à gauche, a aussi déploré des mesures qu’elle a qualifiées de « très largement insuffisantes ».

La leader de l’extrême droite Marine Le Pen a dénoncé sur X des mesures « à court terme » qui, selon elle, « ne répondent ni aux enjeux ni aux attentes » pour restaurer la souveraineté agricole de la France.

« Ceux qui nourrissent le pays doivent pouvoir vivre de leur travail. Les annonces d’Attal n’y changeront rien », a estimé pour sa part la député LFI Mathilde Panot.

« Adaptation »

Une inquiétude partagée par l’organisation écologiste Greenpeace, qui a appelé à « agir sur les revenus » alors que « près de 20% des agriculteurs vivent sous le seuil de pauvreté » et dénoncé les mesures visant à « limiter les recours juridiques » contre les « méga-bassines » ou les « fermes-usine ».

Le réseau Action climat a appelé à accompagner la transition agroécologique, qui « fait partie des solutions » pour « l’adaptation de notre agriculture aux effets du changement climatique ».

Accès à Paris perturbé, autoroutes bloquées, incendie d’un bâtiment à Narbonne, les agriculteurs avaient fait monter la pression à l’approche de l’intervention de Gabriel Attal. Vendredi soir, un nouvel incendie « provoqué par l’intrusion d’individus sur des engins agricoles » était en cours au bureau des douanes de Nîmes, selon la préfet du Gard.

Au soir du huitième jour de la mobilisation, la situation semblait contrastée en France: si les points de blocage sur l’autoroute A10, en Indre-et-Loire et au péage de Saint-Arnoult, dans l’ouest de Paris, étaient en passe d’être levés, selon les sections départementales de la FNSEA, le barrage situé au sud de Bourges était maintenu et la mobilisation intacte à Agen, un des fiefs de la Coordination rurale.

A Bordeaux, Montpellier, Lyon ou Le Mans, des agriculteurs avaient commencé à « lever le camp » avant même la prise de parole du Premier ministre.

Rencontrés dans de multiples lieux de France par l’AFP, les agriculteurs avaient des demandes diverses, selon qu’ils soient éleveurs de volailles frappés par la grippe aviaire, viticulteurs dont les vins se vendent moins, cultivateurs bio aux légumes boudés par les Français, ou grands céréaliers.

Un peu partout dans le pays, les manifestants s’en étaient pris jeudi à des symboles de l’Etat et à de grandes surfaces, donnant l’image d’une colère qui se radicalise.

Le sort de Paris restait indécis vendredi soir. Le blocage de plusieurs grands axes menant à la capitale, à l’appel de la section d’Ile-de-France de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs, ayant pour objectif de tenir « jusqu’à minuit ».

Les articles du dossier