Accéder au contenu principal

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mobilisation des agriculteurs

précédent

23/123

articles

suivant

Crise agricole

Les forces de l'ordre évacuent les deux derniers blocages de la Conf


AFP le 03/02/2024 à 15:Feb
Traffic jam, tractors and cars.

(©Getty Images)

Après la levée volontaire de la plupart des barrages routiers d'agriculteurs en France, les forces de l'ordre ont évacué samedi les deux derniers blocages de la Confédération paysanne, syndicat classé à gauche qui n'avait pas suivi le syndicat majoritaire FNSEA dans l'appel à suspendre les actions après des annonces du Premier ministre Gabriel Attal.

Le blocage du péage de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), sur l’A43, ainsi que celui de la centrale d’achats Leclerc à Saint-Etienne-de-Montluc (Loire-Atlantique) ont été évacués, dans le calme, ont indiqué à l’AFP le syndicat et les préfectures concernées.

« On est en train de se faire évacuer par les forces de l’ordre, qui sont venues avec de gros moyens. On se fait déloger alors qu’on était tout à fait pacifiques », a déploré au moment de l’opération Jean-François Guitton, secrétaire général de la Confédération paysanne de Loire-Atlantique, en précisant « qu’il ne reste pas une trace » du passage des manifestants, les quelque 80 paysans ayant tout nettoyé selon lui.

Le site de la SCA Ouest a été évacué « en raison des troubles à l’ordre public et des risques de pénuries et de pertes de produits frais », selon un communiqué de la préfecture de Loire-Atlantique. « Un individu s’est néanmoins rebellé et a été interpellé pour outrage et rébellion », a-t-elle signalé.

En Isère, l’évacuation du péage de l’A43, l’un des derniers axes encore entravés dans la région samedi matin, a permis la reprise de la circulation vers 11h00 dans les deux sens entre Lyon et Chambéry.

« Les manifestants ont évacué les lieux dans le calme, il y a eu un dialogue entre manifestants et forces de l’ordre », a déclaré à l’AFP la préfecture de l’Isère à propos de l’évacuation de ce péage, situé à proximité d’une grande zone logistique et qui était occupé depuis mardi par une dizaine de tracteurs et une quarantaine de personnes.

Les agriculteurs manifestants présents sur place ont souhaité « sortir dignement et en chantant », a dit Isabelle Douillon, une agricultrice du Rhône. Une « cinquantaine de gendarmes » avaient été déployés, tout s’est passé « dans le calme et la sérénité », a-t-elle ajouté.

« Deux poids, deux mesures »

Les barrages de l’A43 et de la SCA Ouest étaient les deux derniers tenus par la Confédération paysanne, d’après une porte-parole de ce syndicat agricole, minoritaire derrière la FNSEA, les Jeunes Agriculteurs et la Coordination rurale.

« On se bat pour tous les paysans pour un revenu agricole digne. Et ils nous ont expulsés manu militari. Pas d’achat de nos produits agricoles en dessous du prix de revient ! », a réagi le syndicat sur X, dénonçant « un deux poids deux mesures insupportable ».

La Conf était le dernier syndicat à avoir appelé à poursuivre la mobilisation ce week-end et la semaine prochaine, pour dénoncer la politique agricole du gouvernement et réclamer des mesures plus importantes sur la rémunération des agriculteurs. Un supermarché Leclerc a par exemple été bloqué samedi à Brignoles (Var).

La plupart des agriculteurs qui barraient des portions d’autoroutes, comme aux abords de Paris, ont peu à peu levé le camp depuis jeudi soir, à l’appel de l’alliance syndicale majoritaire FNSEA-Jeunes agriculteurs (JA) et de la Coordination rurale, après une série d’annonces du gouvernement pour calmer la colère des paysans en France.

Le gouvernement a promis depuis lundi une enveloppe globale de 400 millions d’euros aux agriculteurs et annoncé la mise « en pause » du plan de réduction des pesticides Écophyto, provoquant la colère des organisations et élus écologistes. FNSEA et JA ont donné au gouvernement jusqu’au Salon de l’agriculture (24 février-3 mars, à Paris) pour concrétiser ses annonces. Ils demandent aussi une loi d’ici au mois de juin.

Dans le Vaucluse vendredi, où la Confédération paysanne avait bloqué différents entrepôts la semaine dernière, il n’y a pas eu d’intervention des forces de l’ordre. « Hier (vendredi) en fin d’après-midi, on a quitté la plateforme Leclerc de Cavaillon juste au moment où ils arrivaient », a expliqué Laurent Thérond, porte-parole de ce syndicat dans le Vaucluse.

Les articles du dossier