Accéder au contenu principal

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mobilisation des agriculteurs

précédent

100/123

articles

suivant

Mobilisation des agriculteurs

L'agriculteur Jérôme Bayle annonce la levée du barrage de Carbonne samedi midi


AFP le 26/01/2024 à 20:Jan
Traffic jam, tractors and cars.

(©Getty Images)

L'éleveur occitan Jérôme Bayle, initiateur du premier barrage devenu une figure de la contestation, a annoncé au côté du Premier ministre Gabriel Attal que le barrage de Carbonne (Haute-Garonne) serait levé d'ici samedi midi.

« Si on s’est battus, c’est pour arrêter tout ça (…) ce soir je vous annonce que demain midi l’autoroute (A64) pourra circuler », a-t-il lancé sous les applaudissements des agriculteurs, après l’annonce des mesures de simplification et d’aides à la professiondévoilées par le chef du gouvernement.

Peu avant, Jérôme Bayle avait estimé avoir « gagné » sur trois points principaux : l’abandon de la hausse de la taxe sur le gazole non routier (GNR), l’irrigation et les aides pour les éleveurs face à la maladie hémorragique épizootique (MHE).

Une satisfaction que ne partageait pas le patron du syndicat majoritaire FNSEA, Arnaud Rousseau, qui a appelé à la poursuite de la mobilisation. « Ce qui a été dit ce soir ne calme pas la colère, il faut aller plus loin », a-t-il estimé sur TF1.

En France, la situation semblait contrastée vendredi soir : si les points de blocage sur l’autoroute A10, en Indre-et-Loire et au péage de Saint-Arnoult, dans l’ouest de Paris, étaient en passe d’être levés, selon les sections départementales de la FNSEA, le barrage situé au sud de Bourges était maintenu. « Nous sommes prêts pour la nuit et attendons lundi les applications concrètes dans le Cher », a expliqué un porte-parole des Jeunes agriculteurs du département.

Dans la Creuse, les manifestants ont décidé de maintenir le blocage de la RN145 jusqu’à samedi à la mi-journée, mais ne s’estimaient pas pour autant satisfaits des mesures.

« Les annonces de Gabriel Attal sont une honte. Un ministre qui se permet de rire en faisant des annonces, ça veut dire qu’il ne mesure pas le cataclysme qui est en train de s’opérer dans les campagnes. Ses annonces, c’est du pipeau, des mesurettes. Il n’y a rien de concret », a déploré Christian Arvis, président de la FDSEA de la Creuse.

En Bretagne, si le barrage filtrant sur la N164 à Trémorel (Côtes-d’Armor) était terminé, des manifestations étaient toujours en cours notamment près de Morlaix, Guingamp, Quimper ou encore sur l’A84 à hauteur de Fougères.

Dans le Nord, des « perturbations de la circulation sont toujours en cours (…) sur plusieurs axes routiers du département », selon la préfecture, qui estime que « certains points de blocage pourraient être levés progressivement tout au long de ce week-end ».

Les articles du dossier