Accéder au contenu principal

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mobilisation des agriculteurs

précédent

33/123

articles

suivant

Colère des agriculteurs

La FNSEA et Jeunes agriculteurs appellent à lever les blocages


TNC le 01/02/2024 à 15:Feb
Traffic jam, tractors and cars.

(©Getty Images)

Suite à la conférence de presse du Premier ministre, qui a annoncé de nouvelles mesures pour l’agriculture, les deux syndicats demandent à leurs réseaux de suspendre les blocages.

« Nous avons décidé qu’à l’heure actuelle, au vu de tout ce qui a été annoncé, à condition qu’une note écrite soit mise très rapidement à disposition de nos réseaux, nous appelons à suspendre les blocages et à entrer dans une nouvelle forme de mobilisation », a indiqué Arnaud Gaillot, président de Jeunes agriculteurs, deux heures après les nouvelles annonces de Gabriel Attal.

Si la première prise de parole du Premier ministre, le 26 janvier, était « un exercice raté, incomplet », selon le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, « nous avons été entendus sur un certain nombres de points », souligne-t-il, citant les mesures d’urgence, le maintien de la détaxation du GNR, les mesures fiscales pour la viande bovine et les jeunes agriculteurs, le plan de soutien à la viticulture.

Du côté de JA, on salue les annonces sur l’installation et la transmission, notamment les réhaussement de seuils, les exonérations de taxe, et la porte ouverte à faire évoluer l’accès aux 2 milliards d’euros de prêts de façon plus favorable aux jeunes agriculteurs.

Les deux syndicats se satisfont également des mesures sur la compétitivité et le contrôle de l’origine des produits.

Le mouvement « ne cesse pas, il se transforme »

Pour autant, les deux syndicats restent vigilants quant à la traduction concrète des annonces. « Le mouvement débuté en octobre ne cesse pas, il se transforme », avertit Arnaud Rousseau. Toutes les revendications syndicales n’ont pas obtenu de réponses, et certaines mesures prendront nécessairement du temps, expliquent les deux syndicats.

Sur ces travaux à plus long terme, comme les mesures européennes, le pacte d’avenir agricole, « on demande que d’ici juin, le volet européen soit en action et la loi passée au Parlement », précise le président de JA. « D’ici juin, on n’hésitera pas à re-rentrer dans mouvement de mobilisation d’ampleur générale », ajoute-t-il.

« Il nous faut des actes », renchérit le président de la FNSEA. D’ici le salon de l’agriculture, fin février, promis comme une première échéance à certains travaux, « il faudra des résultats, qui seront un marqueur fort de ce changement de logiciel », ajoute Arnaud Gaillot.

Les articles du dossier