Accéder au contenu principal

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mobilisation des agriculteurs

précédent

24/132

articles

suivant

Manifestations en Europe

En Bulgarie, des agriculteurs bloquent des dizaines de routes


AFP le 06/02/2024 à 17:Feb
Traffic jam, tractors and cars.

(©Getty Images)

Des agriculteurs bulgares se sont joints mardi au mouvement de colère de la profession en Europe, dénonçant à leur tour les importations d'Ukraine, des conditions précaires et des normes écologiques européennes jugées excessives.

« C’est un enfer ! Nous sommes sur la corde raide », a déclaré à l’AFP Ventsislav Mitkov, un petit producteur de céréales de 42 ans venu manifester à Breznik (ouest). « De nombreux agriculteurs risquent la faillite d’ici six mois si nous ne recevons pas les subventions qui nous sont dues et des dédommagements face à la concurrence déloyale ukrainienne ».

Si le mouvement s’est essoufflé en France et en Roumanie, des manifestations agitent encore certains pays de l’UE, des Pays-Bas à l’Espagne, de la Lettonie à l’Italie, sur fond de revendications multiples.

Brandissant le drapeau bulgare et actionnant leurs klaxons, des centaines de tracteurs ont entravé la circulation à travers le pays des Balkans. Les protestataires menacent d’étendre leurs actions dans les prochains jours.

Le Premier ministre Nikolay Denkov a promis de « débloquer au plus vite l’aide pour ceux qui en ont vraiment besoin » et de s’entretenir avec Bruxelles.

En première ligne, la Commission européenne a enterré mardi un projet législatif visant à réduire l’usage des pesticides, dans un nouveau gage donné aux agriculteurs.

La grogne monte aussi contre l’exemption de tarifs douaniers accordée en 2022 aux produits agricoles ukrainiens. Devant l’afflux de céréales bon marché sur le sol bulgare, le secteur dénonce de longue date cette concurrence « faussée », avec déjà des manifestations au printemps 2023.

« Ils font chuter les prix en facilitant les importations de pays extérieurs à l’UE et en même temps, ils nous imposent des restrictions qui brident notre compétitivité », a estimé Miloslav Mihaylov, 35 ans, très remonté contre les règles européennes.

Les articles du dossier