Accéder au contenu principal

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mobilisation des agriculteurs

précédent

26/123

articles

suivant

Colère des agriculteurs

E. Macron réclame une série de mesures européennes en faveur des agriculteurs


AFP le 01/02/2024 à 19:Feb
Traffic jam, tractors and cars.

(©Getty Images)

Le président français Emmanuel Macron a réclamé jeudi une série de mesures européennes en faveur des agriculteurs, qui manifestent dans une grande partie de l'UE, dont des simplifications « tangibles » de la Pac et une force sanitaire spéciale pour « éviter » la « concurrence déloyale » entre États membres.

« Il y a un combat européen à mener », « il faut une Europe plus forte et plus concrète pour protéger le revenu des agriculteurs » et « une réduction drastique de la paperasse et de la complexité », a lancé Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à l’issue d’un sommet européen à Bruxelles. « Non l’Europe n’est pas sourde. Oui le défi est immense. Oui nous avons les moyens de le relever », a-t-il martelé alors que le principal syndicat agricole français, la FNSEA, accuse l’Union européenne de « surdité » face aux attentes et revendications des agriculteurs.

Le président Macron a notamment appelé à « la mise en place d’une force européenne de contrôle sanitaire et agricole » pour vérifier que les « règles européennes » soient appliquées partout de la même manière, avec des « contrôles homogènes ». Il faut s’assurer qu’il n’y ait pas « au niveau de l’Europe un contournement » des règles « par les grandes centrales d’achat européennes », a également lancé le chef de l’État, dont le gouvernement a annoncé plusieurs mesures pour mettre fin à un vaste mouvement de colère des agriculteurs.

Emmanuel Macron a par ailleurs demandé à la Commission européenne d’aboutir « à des simplifications concrètes et tangibles dès la fin du mois de février » en faveur des agriculteurs. Il a demandé de la même manière à son Premier ministre Gabriel Attal la mise en œuvre de « réponses » concrètes en faveur de la simplification « au plus tard pour le salon de l’agriculture », grand rendez-vous annuel du monde agricole à Paris dont il donnera le coup d’envoi le 24 février.

Il a aussi affirmé que les mécanismes mis en place pour freiner les importations massives de volailles, sucre et œufs ukrainiens seraient aussi étendus aux céréales, revendication clé de la filière céréalière française. Ce « mécanisme de sauvegarde renforcé » va permettre une « intervention » en cas de déstabilisation des cours au sein de l’UE, avec des droits de douane au-delà de certains « plafonds ».

Le président français s’est aussi félicité d’avoir fait en sorte que l’accord commercial controversé entre l’UE et les pays latino-américains du Mercosur n’ait pas « été conclu à la va-vite comme certains menaçaient de le faire », « parce qu’on a élevé la voix, parce qu’on a montré des incohérences ».

Les articles du dossier