Accéder au contenu principal

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mobilisation des agriculteurs

précédent

105/123

articles

suivant

Colère des agriculteurs

Des tracteurs se retirent à Bordeaux et Montpellier


AFP le 26/01/2024 à 17:Jan
Traffic jam, tractors and cars.

(©Getty Images)

Des agriculteurs ont commencé à « lever le camp » vendredi après-midi à Bordeaux, Montpellier ou Lyon avant les annonces attendues du Premier ministre Gabriel Attal, scrutées aussi à Agen (Lot-et-Garonne) où les manifestants restent très mobilisés.

« Rentrez à la maison » : à Montpellier, le syndicat agricole FNSEA de l’Hérault a fait passer le message, après que 570 véhicules, dont 315 tracteurs, furent entrés à la mi-journée dans la ville. Ils avaient « occupé temporairement plusieurs sites pour y déverser du lisier, de la paille et divers déchets verts », selon la préfecture. « La consigne officielle, c’est de rentrer chez soi », a indiqué à l’AFP un porte-parole départemental de la FNSEA.

À Bordeaux, « une partie des tracteurs sont repartis » de la rocade qui était bloquée depuis mercredi, a confirmé à l’AFP Jean-Samuel Eynard, président de la FNSEA en Gironde. D’autres manifestants girondins avaient prévu « d’attendre les propositions » de Gabriel Attal avant de se retirer à leur tour « si elles sont à la hauteur », a-t-il précisé. « Si tout va bien, on lève le camp ce soir. »

Dans le Rhône, les agriculteurs qui bloquaient le principal accès routier au nord de Lyon depuis Paris ont levé leur barrage vers 16h30. Il ne restait que de la paille sur les voies, a constaté un journaliste de l’AFP. La FDSEA y avait tenu vendredi matin son congrès annuel en montant une petite estrade, en présence du président national du syndicat Arnaud Rousseau. En revanche, dans le Lot-et-Garonne, la mobilisation restait forte devant la préfecture d’Agen, a constaté un correspondant de l’AFP.

Plus de 500 agriculteurs s’y sont rassemblés, selon la police. Ils ont déversé du fumier, de la paille, des gravats et des pneus devant les grilles et commencé à répandre du lisier sur les murs de la préfecture avec une citerne de 17 000 litres.

« Il faut qu’on avale l’annonce (de Gabriel Attal) ensemble et on prendra les décisions nécessaires en fonction », a lancé Karine Duc, coprésidente de la Coordination rurale 47. « On saura faire en sorte que les actions continuent si ça devait mal se dérouler. » À Périgueux, en Dordogne, un impressionnant tas de pneus et de déchets divers a également été amoncelé aux abords de la préfecture.

Les articles du dossier