Accéder au contenu principal

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mobilisation des agriculteurs

précédent

28/123

articles

suivant

Mesures de Gabriel Attal

« On n'a rien entendu » sur les revenus des agriculteurs, regrette la Conf


AFP le 01/02/2024 à 18:Feb
Traffic jam, tractors and cars.

(©Getty Images)

La Confédération paysanne regrette de n'avoir « rien entendu » sur le revenu des agriculteurs dans les annonces du Premier ministre ainsi que le recul « fort » sur la protection de l'environnement, et « reste mobilisée », a indiqué jeudi à l'AFP sa porte-parole Laurence Marandola.

« On a entendu que la loi Égalim serait parfaitement respectée. C’est une bonne nouvelle, mais c’est en fait juste le respect de la loi et la fin de l’impunité, pour des négociations commerciales opaques et mal menées, pour des pratiques de certains acteurs de la grande distribution, pour des importations frauduleuses qui ne respectent pas les normes », a indiqué par téléphone la représentante du 3e syndicat agricole en France.

Sur les prix payés aux agriculteurs et les revenus agricoles en tant que tels, « on n’a rien entendu », a déploré Laurence Marandola. « On n’a rien sur l’interdiction de vente à perte, on n’a pas un engagement pour que enfin tous les agriculteurs français puissent être rémunérés afin que les coûts de production, le temps de travail et la protection sociale soient couverts », a-t-elle ajouté.

Par contre, « on a entendu des reculs forts sur les questions environnementales », a estimé la porte-parole de la Confédération paysanne. Et pour le syndicat, trois « lignes rouges » ont été franchies, selon la porte-parole : sur les OGM, le gouvernement s’étant engagé à soutenir les nouvelles techniques génomiques (NGT), sur la viande de synthèse, que le gouvernement veut mieux définir mais pas interdire, et sur la question de l’eau, « pas un mot » n’ayant été dit « sur la préservation et le partage de l’eau ».

« Pour le moment, la CP reste très mobilisée sur les points de blocage », a indiqué Laurence Marandola. Pour la suite à donner à la mobilisation, « on va y réfléchir dans les heures qui viennent ». Elle s’exprimait depuis Bruxelles où, selon la représentante syndicale, « quelque chose d’incroyable se passe aujourd’hui en termes de mobilisation des agriculteurs européens » avec des revendications « très variées ». Plus d’un millier de tracteurs ont envahi les rues de la capitale belge jeudi aux abords d’un sommet des Vingt-Sept consacré au budget de l’UE et à l’aide à apporter à l’Ukraine.

Les articles du dossier