sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Incendie Lubrizol

précédent

1/32

articles

suivant

Lubrizol

Un cahier des charges allégé pour l'AOP du fromage Neufchâtel


AFP le 21/01/2020 à 15:20

Le cahier des charges de l'appellation d'origine protégée (AOP) du fromage Neufchâtel a été allégé pour tenir compte de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, indique un arrêté ministériel publié au Journal officiel.

« En raison de l’incendie de l’usine Lubrizol, les conditions de production suivantes du cahier des charges relatif à l’appellation d’origine protégée « Neufchâtel » sont modifiées », annonce un arrêté ministériel pris le 24 décembre 2019 et publié vendredi au JO.

Ces modifications concernent les sièges sociaux d’exploitations agricoles de 67 communes situées en Seine-Maritime. L’aire géographique de l’AOP Neufchâtel recouvre, en partie, la zone où le préfet de Seine-Maritime avait imposé des mesures de restriction et de consignation sur des produits agricoles à la suite du passage du panache de fumée.

En marche normale, le cahier des charges imposait que les vaches laitières pâturent « au moins 6 mois dans l’année » avec un pâturage qui représente « plus de 50 % de la ration de base exprimée sur la matière sèche ». « Les vaches laitières pâturent au moins 5 mois pour l’année 2019. Pendant cette période, le pâturage représente plus de 40 % de la ration de base exprimée sur la matière sèche », dispose désormais le cahier des charges en vertu de l’arrêté ministériel.

La modification prévoit aussi une diminution du pourcentage, exprimé en matière sèche, des fourrages destinés aux vaches laitières en provenance de l’exploitation. Cette valeur passe de 80 à 70 % pour l’année 2019.

La composition de ces fourrages d’exploitation, en revanche, n’est pas modifiée. Ils restent « constitués des fourrages grossiers suivants sous forme fraîche ou conservée : herbe, maïs, paille, luzerne, betterave fourragère entière ou en pulpe ».

L’usine Lubrizol de Rouen, classée Seveso seuil haut, et où un gigantesque incendie s’est déclaré le 26 septembre dernier, a redémarré dans la nuit du 13 au 14 décembre, après le feu vert de la préfecture à une réouverture partielle.

À lire : De Rouen à Saint-Quentin, ensilages interdits et arrêts de collecte laitière
[Reportage] Dans les Hauts-de-France, attente et incertitude face aux conséquences de l’incendie de Rouen

Les articles du dossier