sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Covid-19 : les conséquences pour le monde agricole

précédent

326/329

articles

suivant

Coronavirus

Quels impacts sur l’agriculture française ?


TNC le 04/03/2020 à 18:01
Ce cochon a trouvé un masque de protection avant la décision du Gouvernement de réquisitionner ces équipements. (©Pixabay)

Ce cochon a trouvé un masque de protection avant la décision du Gouvernement de réquisitionner ces équipements. (©Pixabay)

L’apparition du coronavirus en Chine fin 2019 et sa propagation dans le pays a rapidement impacté les marchés mondiaux, et notamment agricoles, puisque le pays est l’un des plus gros importateurs de la planète. Pour les filières exportatrices françaises, les effets se font déjà sentir, et la situation pourrait s’aggraver en fonction des mesures qui seront prises pour limiter la propagation du virus sur le sol français.

La propagation en Chine du Covid-19, nouveau coronavirus, a secoué dès la fin du mois de janvier les marchés mondiaux de produits agricoles. En effet, avec sa population de 1,42 milliard d’habitants à nourrir, le pays est l’un des plus gros importateurs mondiaux, en dépit d’une production conséquente. Cependant, comme lors de toute crise, la consommation est en berne, une tendance également renforcée par les mesures de confinement qui ont impacté la chaîne logistique. En janvier, la Chine et les États-Unis avaient conclu un accord visant à stimuler les achats chinois de produits agricoles. Alors que les opérateurs espéraient avec impatience le début des envois et les conséquences positives sur les prix, ils attendent toujours. Le coronavirus a changé les priorités de la Chine. 

Lire aussi : Quel sera l’impact du coronavirus sur le commerce des produits agricoles ?

Par ailleurs, les nombreuses restrictions de transports à travers le monde réduisent aussi les possibilités d’échanges. La crise perturbe les flux logistiques à destination et à l’intérieur de la Chine. Beaucoup de villes sont confinées et bon nombre de routes fermées. L’activité portuaire et ferroviaire est également affectée, ce qui bouleverse encore plus les échanges internationaux. Compte tenu de l’importance des importations chinoises, l’impact du virus sur les prix des commodités agricoles est forcément de grande ampleur.  

En France, lait et porc en première ligne

Pour les filières françaises, notamment laitière et porcine, qui avaient prévu une augmentation des exportations vers la Chine en 2020, les effets se sont fait sentir dès la fin du mois de janvier. « Début 2020, tous les voyants étaient au vert, avec une augmentation de la valorisation du beurre et de la poudre », expliquait Thierry Roquefeuil, président de la FNPL et de l’interprofession laitière, au salon de l’agriculture. Malheureusement, l’épidémie de coronavirus risque de mettre un coup de frein à cette dynamique, regrettait-il. Depuis la fin du mois de janvier, les cours de la poudre de lait ont ainsi chuté de 7 %. Le lait est le troisième poste de la balance commerciale française de l’agriculture, derrière les vins-spiritueux et les céréales, avec 7 milliards d’euros exportés en 2018. Suite au ralentissement économique en Chine, les industriels comme le géant Lactalis devront faire face à une absence de commandes dans les prochaines semaines voire les prochains mois.

L’Empire du milieu est aussi un grand importateur de viande porcine, surtout depuis que la peste porcine a décimé près de la moitié de son cheptel porcin, ce qui a profité jusque-là aux éleveurs français. Mais avec le confinement des salariés dans les ports maritimes et celui des chauffeurs de poids-lourds, la dynamique a été stoppée net. Seulement 7 000 tonnes de porc français ont été exportées en janvier, contre 22 000 tonnes en novembre, indique la direction d’Inaporc. Par ailleurs, le commerce des broutards vers l’Italie, pays impacté par le coronavirus, pourrait également pâtir de la situation et le la limitation des déplacements dans certaines zones.

Lire aussi : Les exportations agricoles et alimentaires vers la Chine piégées par le Covid-19

Propagation du virus en France : vers un ralentissement de la production agricole ?

Alors que la situation se calme en Chine, ce qui avait permis une petite accalmie pour les cours courant février, voilà que depuis près de deux semaines le coronavirus a fait une poussée impressionnante hors des frontières chinoises. Il se propage rapidement en Italie, en Corée du Sud, au Moyen-Orient, ainsi qu’en France depuis peu.

« Maintenant que l’épidémie touche beaucoup plus de pays, l’impact du coronavirus sur la croissance française sera beaucoup plus significatif », a ainsi reconnu le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, interrogé le 2 mars sur France 2. Si les secteurs les plus touchés sont actuellement l’hôtellerie, la restauration et l’aéronautique, la propagation du virus en France entraîne la mise en place de mesures qui pourraient impacter d’autres secteurs, l’évènementiel par exemple, mais également l’agriculture.

Si des mesures de confinement sont étendues, comme dans certaines régions chinoises, aux chauffeurs de poids lourds, les conséquences seraient importantes sur certaines productions, comme pour le lait qui ne pourrait plus être collecté. Par ailleurs, si ce sont d’abord les exportations vers la Chine qui ont pénalisé les filières françaises, avec l’extension du virus, la situation pourrait désormais s’étendre à l’ensemble des exportations agricoles, en lien avec la limitation des échanges et le ralentissement de la consommation dans les pays les plus touchés, comme en Italie, premier acheteur de viande bovine française… 

Comme pour les autres secteurs, la production agroalimentaire pourrait aussi être impactée par une absence massive de salariés soit confinés, soit exerçant leur droit de retrait. Le virus étant considéré comme un cas de force majeur, le ministre de l’économie envisage un étalement des charges sociales et fiscales pour les entreprises qui en auront besoin. Les entreprises ont également la possibilité de recourir au chômage partiel.

L’interdiction des rassemblements importants dans les prochaines semaines voire les prochains mois risque également de toucher certains événements agricoles. Le Salon de l’agriculture a fermé ses portes un jour plus tôt la semaine dernière, en enregistrant une baisse de fréquentation peut-être liée à la crainte du virus. Ainsi, les foires agricoles régionales importantes pourraient aussi faire les frais de ce type de décision. Celle de Tarbes, qui ouvre le 5 mars et draine en moyenne 60 000 personnes sur quatre jours, a été maintenue car aucun des halls ne peut accueillir plus de 5 000 personnes.

Les articles du dossier