sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Covid-19 : les conséquences pour le monde agricole

précédent

145/329

articles

suivant

Coronavirus

Les AOP et IGP laitières s’organisent pour limiter la casse


TNC le 16/04/2020 à 17:06
Devant la perte dramatique de débouchés à cause de la crise sanitaire, le Cnaol incite les Français à acheter les fromages AOP et IGP (©TNC)

Devant la perte dramatique de débouchés à cause de la crise sanitaire, le Cnaol incite les Français à acheter les fromages AOP et IGP (©TNC)

Un mois après le début du confinement, les producteurs de fromages AOP ou IGP subissent de plein fouet le changement de consommation des Français confinés et la perte d’un certain nombre de débouchés. Si la filière se réorganise pour s’adapter le mieux possible à la situation, elle appelle également à consommer les productions fromagères françaises.

Entre l’arrêt de la restauration hors domicile et la fermeture des rayons à la coupe dans la grande distribution, « les commandes ont baissé en moyenne pour l’ensemble des AOP et IGP Laitières de 60 % », a fait savoir le Conseil national des appellations d’origine laitière (Cnaol), un mois après le début du confinement.

« Les TPE, PME et fermiers (avec de 70 à 100 % de réduction des ventes suivant les cas) sont particulièrement touchés, ainsi que les opérateurs orientés sur la restauration hors domicile ou encore sur la vente directe en zone touristique », ajoute l’organisation qui déplore des arrêts de fabrication et de collecte dans 16 filières d’appellation, ainsi que des destructions de lait ou de fromages dans une dizaine de filières AOP. « Sur la période du 15 mars au 30 avril 2020, cela représenterait une perte de chiffre d’affaires au minimum de 157 000 000 € », précise le Cnaol.

Lire aussi : « Cri d’alarme » pour les fromages AOP devant l’effondrement des débouchés

« Fromagissons »

Si les filières attendent des réponses de la part des pouvoirs publics, elles s’organisent également de leur côté pour limiter les pertes. « Au niveau régional, plateforme de produits régionaux, drive fermiers, référencements des points de vente en ligne… les initiatives se multiplient pour favoriser ces circuits commerciaux locaux », indique le Cnaol.

Par ailleurs, des modifications de cahier des charges ont également été acceptées pour six AOP et IGP, et six autres demandes sont à l’étude. Une démarche qui permet notamment d’adapter les conditions de fabrication des produits pour en favoriser le stockage. Des plans de régulation sont également mis en œuvre, et la grande distribution travaille également pour mettre davantage en avant ces produits locaux. Cependant, ces efforts « ne se traduisent, hélas, pas encore par des effets significatifs sur les ventes », regrette le Cnaol, qui espère une reprise prochaine de certains rayons de fromage à la coupe, et qui salue la réouverture imminente des marchés de plein vent.

Lire aussi : Le ministre de l’Agriculture appelle maires et préfets à rouvrir les marchés

« Il est urgent de permettre aux Français de retrouver leurs habitudes alimentaires d’avant la crise », insiste le Cnaol qui, sous le mot « fromagissons », contraction de « fromage » et d’ « agissons », incite les consommateurs à acheter les fromages AOP et IGP, un acte d’achat qui permet de soutenir l’économie des zones rurales.

Les articles du dossier