sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Réforme de la PAC

précédent

/5

articles

suivant

[Témoignage] Transmission

Bastien Dutertre : « Sans mes parrains, je n'aurais pas pu m'installer »


TNC le 25/11/2019 à 09:17

Dans quelques années, Jean-Michel Yvard et Johnny Janvier vont pouvoir transmettre leur exploitation à Bastien Dutertre, un ancien stagiaire avec lequel ils ont noué un contrat de parrainage et qui va bientôt rejoindre le Gaec. Ainsi, il réalise une transmission progressive de leurs savoir-faire et de leur ferme et Bastien peut prendre le temps de réaliser sereinement son parcours à installation.

L’exploitation : le Gaec de la Chapelle en Mayenne compte deux associés hors cadre familial, de 51 et 56 ans, et produit 600 000 l de lait sur 112 ha.

La stratégie d’installation : Bastien Dutertre, 27 ans, veut rejoindre le Gaec où il était en stage pendant son BTS Acse.

Après ses études cependant, ce fils d’ouvrier travaille quelque temps comme conseiller en élevage laitier chez Seenovia. Non issu du milieu agricole, il réalise un stage de parrainage de huit mois sur l’exploitation. Afin de toucher une indemnité supérieure à celle proposée par le Conseil régional, le principal frein du système de parrainage, il négocie une rupture conventionnelle avec son entreprise pour bénéficier du statut de demandeur d’emploi.

Bastien et ses « parrains » sont en phase sur beaucoup de choses, « la passion du métier » surtout et le fait qu’il faut « prendre le temps pour réussir son installation ». « La communication, comme l’organisation et le bien-être au travail sont également essentiels. Nous veillons à dégager du temps pour les week-ends et les vacances. Nous parlons des projets de vie de chacun en associant nos conjointes respectives, qui participent à la prise de décisions pouvant avoir un impact au niveau personnel et pas seulement professionnel », explique le jeune éleveur.

Bastien a repris un tiers des parts sociales. Le foncier, « le gros point noir » selon le jeune homme qui s’est retrouvé « en concurrence avec un voisin qui souhaitait s’agrandir », a été acheté par des investisseurs, des agriculteurs qui lui louent ensuite ces terres pour limiter les investissements. Il a bénéficié d’une attribution de production de 150 000 l de lait et de 60 ha de terres. « Au départ, je voulais m’installer avec mon oncle et ma tante, mais cela n’a pas abouti. Je ne l’ai pas vécu comme un échec et j’ai réussi à rebondir, conclut Bastien. Mon installation en tant qu’agriculteur en Mayenne est un projet de vie. Ma femme a changé de département et de profession pour me suivre. »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Transmission

précédent

1/15

articles

suivant

[Témoignage] Transmission

Bastien Dutertre : « Sans mes parrains, je n'aurais pas pu m'installer »


TNC le 25/11/2019 à 09:17

Dans quelques années, Jean-Michel Yvard et Johnny Janvier vont pouvoir transmettre leur exploitation à Bastien Dutertre, un ancien stagiaire avec lequel ils ont noué un contrat de parrainage et qui va bientôt rejoindre le Gaec. Ainsi, il réalise une transmission progressive de leurs savoir-faire et de leur ferme et Bastien peut prendre le temps de réaliser sereinement son parcours à installation.

L’exploitation : le Gaec de la Chapelle en Mayenne compte deux associés hors cadre familial, de 51 et 56 ans, et produit 600 000 l de lait sur 112 ha.

La stratégie d’installation : Bastien Dutertre, 27 ans, veut rejoindre le Gaec où il était en stage pendant son BTS Acse.

Après ses études cependant, ce fils d’ouvrier travaille quelque temps comme conseiller en élevage laitier chez Seenovia. Non issu du milieu agricole, il réalise un stage de parrainage de huit mois sur l’exploitation. Afin de toucher une indemnité supérieure à celle proposée par le Conseil régional, le principal frein du système de parrainage, il négocie une rupture conventionnelle avec son entreprise pour bénéficier du statut de demandeur d’emploi.

Bastien et ses « parrains » sont en phase sur beaucoup de choses, « la passion du métier » surtout et le fait qu’il faut « prendre le temps pour réussir son installation ». « La communication, comme l’organisation et le bien-être au travail sont également essentiels. Nous veillons à dégager du temps pour les week-ends et les vacances. Nous parlons des projets de vie de chacun en associant nos conjointes respectives, qui participent à la prise de décisions pouvant avoir un impact au niveau personnel et pas seulement professionnel », explique le jeune éleveur.

Bastien a repris un tiers des parts sociales. Le foncier, « le gros point noir » selon le jeune homme qui s’est retrouvé « en concurrence avec un voisin qui souhaitait s’agrandir », a été acheté par des investisseurs, des agriculteurs qui lui louent ensuite ces terres pour limiter les investissements. Il a bénéficié d’une attribution de production de 150 000 l de lait et de 60 ha de terres. « Au départ, je voulais m’installer avec mon oncle et ma tante, mais cela n’a pas abouti. Je ne l’ai pas vécu comme un échec et j’ai réussi à rebondir, conclut Bastien. Mon installation en tant qu’agriculteur en Mayenne est un projet de vie. Ma femme a changé de département et de profession pour me suivre. »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Installation

précédent

3/12

articles

suivant

[Témoignage] Transmission

Bastien Dutertre : « Sans mes parrains, je n'aurais pas pu m'installer »


TNC le 25/11/2019 à 09:17

Dans quelques années, Jean-Michel Yvard et Johnny Janvier vont pouvoir transmettre leur exploitation à Bastien Dutertre, un ancien stagiaire avec lequel ils ont noué un contrat de parrainage et qui va bientôt rejoindre le Gaec. Ainsi, il réalise une transmission progressive de leurs savoir-faire et de leur ferme et Bastien peut prendre le temps de réaliser sereinement son parcours à installation.

L’exploitation : le Gaec de la Chapelle en Mayenne compte deux associés hors cadre familial, de 51 et 56 ans, et produit 600 000 l de lait sur 112 ha.

La stratégie d’installation : Bastien Dutertre, 27 ans, veut rejoindre le Gaec où il était en stage pendant son BTS Acse.

Après ses études cependant, ce fils d’ouvrier travaille quelque temps comme conseiller en élevage laitier chez Seenovia. Non issu du milieu agricole, il réalise un stage de parrainage de huit mois sur l’exploitation. Afin de toucher une indemnité supérieure à celle proposée par le Conseil régional, le principal frein du système de parrainage, il négocie une rupture conventionnelle avec son entreprise pour bénéficier du statut de demandeur d’emploi.

Bastien et ses « parrains » sont en phase sur beaucoup de choses, « la passion du métier » surtout et le fait qu’il faut « prendre le temps pour réussir son installation ». « La communication, comme l’organisation et le bien-être au travail sont également essentiels. Nous veillons à dégager du temps pour les week-ends et les vacances. Nous parlons des projets de vie de chacun en associant nos conjointes respectives, qui participent à la prise de décisions pouvant avoir un impact au niveau personnel et pas seulement professionnel », explique le jeune éleveur.

Bastien a repris un tiers des parts sociales. Le foncier, « le gros point noir » selon le jeune homme qui s’est retrouvé « en concurrence avec un voisin qui souhaitait s’agrandir », a été acheté par des investisseurs, des agriculteurs qui lui louent ensuite ces terres pour limiter les investissements. Il a bénéficié d’une attribution de production de 150 000 l de lait et de 60 ha de terres. « Au départ, je voulais m’installer avec mon oncle et ma tante, mais cela n’a pas abouti. Je ne l’ai pas vécu comme un échec et j’ai réussi à rebondir, conclut Bastien. Mon installation en tant qu’agriculteur en Mayenne est un projet de vie. Ma femme a changé de département et de profession pour me suivre. »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Innovations Agritechnica

précédent

/15

articles

suivant

[Témoignage] Transmission

Bastien Dutertre : « Sans mes parrains, je n'aurais pas pu m'installer »


TNC le 25/11/2019 à 09:17

Dans quelques années, Jean-Michel Yvard et Johnny Janvier vont pouvoir transmettre leur exploitation à Bastien Dutertre, un ancien stagiaire avec lequel ils ont noué un contrat de parrainage et qui va bientôt rejoindre le Gaec. Ainsi, il réalise une transmission progressive de leurs savoir-faire et de leur ferme et Bastien peut prendre le temps de réaliser sereinement son parcours à installation.

L’exploitation : le Gaec de la Chapelle en Mayenne compte deux associés hors cadre familial, de 51 et 56 ans, et produit 600 000 l de lait sur 112 ha.

La stratégie d’installation : Bastien Dutertre, 27 ans, veut rejoindre le Gaec où il était en stage pendant son BTS Acse.

Après ses études cependant, ce fils d’ouvrier travaille quelque temps comme conseiller en élevage laitier chez Seenovia. Non issu du milieu agricole, il réalise un stage de parrainage de huit mois sur l’exploitation. Afin de toucher une indemnité supérieure à celle proposée par le Conseil régional, le principal frein du système de parrainage, il négocie une rupture conventionnelle avec son entreprise pour bénéficier du statut de demandeur d’emploi.

Bastien et ses « parrains » sont en phase sur beaucoup de choses, « la passion du métier » surtout et le fait qu’il faut « prendre le temps pour réussir son installation ». « La communication, comme l’organisation et le bien-être au travail sont également essentiels. Nous veillons à dégager du temps pour les week-ends et les vacances. Nous parlons des projets de vie de chacun en associant nos conjointes respectives, qui participent à la prise de décisions pouvant avoir un impact au niveau personnel et pas seulement professionnel », explique le jeune éleveur.

Bastien a repris un tiers des parts sociales. Le foncier, « le gros point noir » selon le jeune homme qui s’est retrouvé « en concurrence avec un voisin qui souhaitait s’agrandir », a été acheté par des investisseurs, des agriculteurs qui lui louent ensuite ces terres pour limiter les investissements. Il a bénéficié d’une attribution de production de 150 000 l de lait et de 60 ha de terres. « Au départ, je voulais m’installer avec mon oncle et ma tante, mais cela n’a pas abouti. Je ne l’ai pas vécu comme un échec et j’ai réussi à rebondir, conclut Bastien. Mon installation en tant qu’agriculteur en Mayenne est un projet de vie. Ma femme a changé de département et de profession pour me suivre. »

[Témoignage] Transmission

Bastien Dutertre : « Sans mes parrains, je n'aurais pas pu m'installer »


TNC le 25/11/2019 à 09:17

Dans quelques années, Jean-Michel Yvard et Johnny Janvier vont pouvoir transmettre leur exploitation à Bastien Dutertre, un ancien stagiaire avec lequel ils ont noué un contrat de parrainage et qui va bientôt rejoindre le Gaec. Ainsi, il réalise une transmission progressive de leurs savoir-faire et de leur ferme et Bastien peut prendre le temps de réaliser sereinement son parcours à installation.

L’exploitation : le Gaec de la Chapelle en Mayenne compte deux associés hors cadre familial, de 51 et 56 ans, et produit 600 000 l de lait sur 112 ha.

La stratégie d’installation : Bastien Dutertre, 27 ans, veut rejoindre le Gaec où il était en stage pendant son BTS Acse.

Après ses études cependant, ce fils d’ouvrier travaille quelque temps comme conseiller en élevage laitier chez Seenovia. Non issu du milieu agricole, il réalise un stage de parrainage de huit mois sur l’exploitation. Afin de toucher une indemnité supérieure à celle proposée par le Conseil régional, le principal frein du système de parrainage, il négocie une rupture conventionnelle avec son entreprise pour bénéficier du statut de demandeur d’emploi.

Bastien et ses « parrains » sont en phase sur beaucoup de choses, « la passion du métier » surtout et le fait qu’il faut « prendre le temps pour réussir son installation ». « La communication, comme l’organisation et le bien-être au travail sont également essentiels. Nous veillons à dégager du temps pour les week-ends et les vacances. Nous parlons des projets de vie de chacun en associant nos conjointes respectives, qui participent à la prise de décisions pouvant avoir un impact au niveau personnel et pas seulement professionnel », explique le jeune éleveur.

Bastien a repris un tiers des parts sociales. Le foncier, « le gros point noir » selon le jeune homme qui s’est retrouvé « en concurrence avec un voisin qui souhaitait s’agrandir », a été acheté par des investisseurs, des agriculteurs qui lui louent ensuite ces terres pour limiter les investissements. Il a bénéficié d’une attribution de production de 150 000 l de lait et de 60 ha de terres. « Au départ, je voulais m’installer avec mon oncle et ma tante, mais cela n’a pas abouti. Je ne l’ai pas vécu comme un échec et j’ai réussi à rebondir, conclut Bastien. Mon installation en tant qu’agriculteur en Mayenne est un projet de vie. Ma femme a changé de département et de profession pour me suivre. »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Incendie Lubrizol

précédent

/31

articles

suivant

[Témoignage] Transmission

Bastien Dutertre : « Sans mes parrains, je n'aurais pas pu m'installer »


TNC le 25/11/2019 à 09:17

Dans quelques années, Jean-Michel Yvard et Johnny Janvier vont pouvoir transmettre leur exploitation à Bastien Dutertre, un ancien stagiaire avec lequel ils ont noué un contrat de parrainage et qui va bientôt rejoindre le Gaec. Ainsi, il réalise une transmission progressive de leurs savoir-faire et de leur ferme et Bastien peut prendre le temps de réaliser sereinement son parcours à installation.

L’exploitation : le Gaec de la Chapelle en Mayenne compte deux associés hors cadre familial, de 51 et 56 ans, et produit 600 000 l de lait sur 112 ha.

La stratégie d’installation : Bastien Dutertre, 27 ans, veut rejoindre le Gaec où il était en stage pendant son BTS Acse.

Après ses études cependant, ce fils d’ouvrier travaille quelque temps comme conseiller en élevage laitier chez Seenovia. Non issu du milieu agricole, il réalise un stage de parrainage de huit mois sur l’exploitation. Afin de toucher une indemnité supérieure à celle proposée par le Conseil régional, le principal frein du système de parrainage, il négocie une rupture conventionnelle avec son entreprise pour bénéficier du statut de demandeur d’emploi.

Bastien et ses « parrains » sont en phase sur beaucoup de choses, « la passion du métier » surtout et le fait qu’il faut « prendre le temps pour réussir son installation ». « La communication, comme l’organisation et le bien-être au travail sont également essentiels. Nous veillons à dégager du temps pour les week-ends et les vacances. Nous parlons des projets de vie de chacun en associant nos conjointes respectives, qui participent à la prise de décisions pouvant avoir un impact au niveau personnel et pas seulement professionnel », explique le jeune éleveur.

Bastien a repris un tiers des parts sociales. Le foncier, « le gros point noir » selon le jeune homme qui s’est retrouvé « en concurrence avec un voisin qui souhaitait s’agrandir », a été acheté par des investisseurs, des agriculteurs qui lui louent ensuite ces terres pour limiter les investissements. Il a bénéficié d’une attribution de production de 150 000 l de lait et de 60 ha de terres. « Au départ, je voulais m’installer avec mon oncle et ma tante, mais cela n’a pas abouti. Je ne l’ai pas vécu comme un échec et j’ai réussi à rebondir, conclut Bastien. Mon installation en tant qu’agriculteur en Mayenne est un projet de vie. Ma femme a changé de département et de profession pour me suivre. »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Sommet de l’Elevage

précédent

/16

articles

suivant

[Témoignage] Transmission

Bastien Dutertre : « Sans mes parrains, je n'aurais pas pu m'installer »


TNC le 25/11/2019 à 09:17

Dans quelques années, Jean-Michel Yvard et Johnny Janvier vont pouvoir transmettre leur exploitation à Bastien Dutertre, un ancien stagiaire avec lequel ils ont noué un contrat de parrainage et qui va bientôt rejoindre le Gaec. Ainsi, il réalise une transmission progressive de leurs savoir-faire et de leur ferme et Bastien peut prendre le temps de réaliser sereinement son parcours à installation.

L’exploitation : le Gaec de la Chapelle en Mayenne compte deux associés hors cadre familial, de 51 et 56 ans, et produit 600 000 l de lait sur 112 ha.

La stratégie d’installation : Bastien Dutertre, 27 ans, veut rejoindre le Gaec où il était en stage pendant son BTS Acse.

Après ses études cependant, ce fils d’ouvrier travaille quelque temps comme conseiller en élevage laitier chez Seenovia. Non issu du milieu agricole, il réalise un stage de parrainage de huit mois sur l’exploitation. Afin de toucher une indemnité supérieure à celle proposée par le Conseil régional, le principal frein du système de parrainage, il négocie une rupture conventionnelle avec son entreprise pour bénéficier du statut de demandeur d’emploi.

Bastien et ses « parrains » sont en phase sur beaucoup de choses, « la passion du métier » surtout et le fait qu’il faut « prendre le temps pour réussir son installation ». « La communication, comme l’organisation et le bien-être au travail sont également essentiels. Nous veillons à dégager du temps pour les week-ends et les vacances. Nous parlons des projets de vie de chacun en associant nos conjointes respectives, qui participent à la prise de décisions pouvant avoir un impact au niveau personnel et pas seulement professionnel », explique le jeune éleveur.

Bastien a repris un tiers des parts sociales. Le foncier, « le gros point noir » selon le jeune homme qui s’est retrouvé « en concurrence avec un voisin qui souhaitait s’agrandir », a été acheté par des investisseurs, des agriculteurs qui lui louent ensuite ces terres pour limiter les investissements. Il a bénéficié d’une attribution de production de 150 000 l de lait et de 60 ha de terres. « Au départ, je voulais m’installer avec mon oncle et ma tante, mais cela n’a pas abouti. Je ne l’ai pas vécu comme un échec et j’ai réussi à rebondir, conclut Bastien. Mon installation en tant qu’agriculteur en Mayenne est un projet de vie. Ma femme a changé de département et de profession pour me suivre. »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Mal-être des agriculteurs

précédent

/16

articles

suivant

[Témoignage] Transmission

Bastien Dutertre : « Sans mes parrains, je n'aurais pas pu m'installer »


TNC le 25/11/2019 à 09:17

Dans quelques années, Jean-Michel Yvard et Johnny Janvier vont pouvoir transmettre leur exploitation à Bastien Dutertre, un ancien stagiaire avec lequel ils ont noué un contrat de parrainage et qui va bientôt rejoindre le Gaec. Ainsi, il réalise une transmission progressive de leurs savoir-faire et de leur ferme et Bastien peut prendre le temps de réaliser sereinement son parcours à installation.

L’exploitation : le Gaec de la Chapelle en Mayenne compte deux associés hors cadre familial, de 51 et 56 ans, et produit 600 000 l de lait sur 112 ha.

La stratégie d’installation : Bastien Dutertre, 27 ans, veut rejoindre le Gaec où il était en stage pendant son BTS Acse.

Après ses études cependant, ce fils d’ouvrier travaille quelque temps comme conseiller en élevage laitier chez Seenovia. Non issu du milieu agricole, il réalise un stage de parrainage de huit mois sur l’exploitation. Afin de toucher une indemnité supérieure à celle proposée par le Conseil régional, le principal frein du système de parrainage, il négocie une rupture conventionnelle avec son entreprise pour bénéficier du statut de demandeur d’emploi.

Bastien et ses « parrains » sont en phase sur beaucoup de choses, « la passion du métier » surtout et le fait qu’il faut « prendre le temps pour réussir son installation ». « La communication, comme l’organisation et le bien-être au travail sont également essentiels. Nous veillons à dégager du temps pour les week-ends et les vacances. Nous parlons des projets de vie de chacun en associant nos conjointes respectives, qui participent à la prise de décisions pouvant avoir un impact au niveau personnel et pas seulement professionnel », explique le jeune éleveur.

Bastien a repris un tiers des parts sociales. Le foncier, « le gros point noir » selon le jeune homme qui s’est retrouvé « en concurrence avec un voisin qui souhaitait s’agrandir », a été acheté par des investisseurs, des agriculteurs qui lui louent ensuite ces terres pour limiter les investissements. Il a bénéficié d’une attribution de production de 150 000 l de lait et de 60 ha de terres. « Au départ, je voulais m’installer avec mon oncle et ma tante, mais cela n’a pas abouti. Je ne l’ai pas vécu comme un échec et j’ai réussi à rebondir, conclut Bastien. Mon installation en tant qu’agriculteur en Mayenne est un projet de vie. Ma femme a changé de département et de profession pour me suivre. »

sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Zones de non traitement

précédent

/32

articles

suivant

[Témoignage] Transmission

Bastien Dutertre : « Sans mes parrains, je n'aurais pas pu m'installer »


TNC le 25/11/2019 à 09:17

Dans quelques années, Jean-Michel Yvard et Johnny Janvier vont pouvoir transmettre leur exploitation à Bastien Dutertre, un ancien stagiaire avec lequel ils ont noué un contrat de parrainage et qui va bientôt rejoindre le Gaec. Ainsi, il réalise une transmission progressive de leurs savoir-faire et de leur ferme et Bastien peut prendre le temps de réaliser sereinement son parcours à installation.

L’exploitation : le Gaec de la Chapelle en Mayenne compte deux associés hors cadre familial, de 51 et 56 ans, et produit 600 000 l de lait sur 112 ha.

La stratégie d’installation : Bastien Dutertre, 27 ans, veut rejoindre le Gaec où il était en stage pendant son BTS Acse.

Après ses études cependant, ce fils d’ouvrier travaille quelque temps comme conseiller en élevage laitier chez Seenovia. Non issu du milieu agricole, il réalise un stage de parrainage de huit mois sur l’exploitation. Afin de toucher une indemnité supérieure à celle proposée par le Conseil régional, le principal frein du système de parrainage, il négocie une rupture conventionnelle avec son entreprise pour bénéficier du statut de demandeur d’emploi.

Bastien et ses « parrains » sont en phase sur beaucoup de choses, « la passion du métier » surtout et le fait qu’il faut « prendre le temps pour réussir son installation ». « La communication, comme l’organisation et le bien-être au travail sont également essentiels. Nous veillons à dégager du temps pour les week-ends et les vacances. Nous parlons des projets de vie de chacun en associant nos conjointes respectives, qui participent à la prise de décisions pouvant avoir un impact au niveau personnel et pas seulement professionnel », explique le jeune éleveur.

Bastien a repris un tiers des parts sociales. Le foncier, « le gros point noir » selon le jeune homme qui s’est retrouvé « en concurrence avec un voisin qui souhaitait s’agrandir », a été acheté par des investisseurs, des agriculteurs qui lui louent ensuite ces terres pour limiter les investissements. Il a bénéficié d’une attribution de production de 150 000 l de lait et de 60 ha de terres. « Au départ, je voulais m’installer avec mon oncle et ma tante, mais cela n’a pas abouti. Je ne l’ai pas vécu comme un échec et j’ai réussi à rebondir, conclut Bastien. Mon installation en tant qu’agriculteur en Mayenne est un projet de vie. Ma femme a changé de département et de profession pour me suivre. »

Les articles du dossier