sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Influenza aviaire

précédent

34/117

articles

suivant

Grippe aviaire

Vide sanitaire préventif dans trois départements du sud-ouest


AFP le 14/12/2022 à 09:23

Des élevages sans canard ou volaille à compter de jeudi, pendant un mois, dans 68 communes des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et du Gers, c'est ce que prévoit un vide sanitaire inédit censé endiguer l'épizootie de grippe aviaire dans ces départements.

À l’initiative d’interprofessions comme le Cifog (foie gras) et l’Anvol (volaille de chair), le Plan Adour exige qu’entre le 15 décembre et le 15 janvier, les communes de ces trois départements du sud-ouest, concernées par une importante densité animale, soient « vidées » ou presque de leurs volailles. Frappés par quatre vagues successives de la grippe aviaire, les éleveurs en sont venus au constat « qu’il y avait trop d’oiseaux ensemble au même endroit, au même moment », explique Marie-Pierre Pé, directrice générale du Cifog. Avec un pic de tension au 15 décembre, « moment d’emballement systématique ».

Grâce à ce dépeuplement anticipé, les professionnels, conscients de ne pas « pouvoir éviter » l’introduction du virus H5N1, espèrent en éviter la propagation. « On ne peut pas avoir un départ de feu que l’on ne maîtriserait pas », résume la présidente du Cifog. Le Plan Adour, accompagné d’indemnisations annoncées par le gouvernement, est attendu comme un « outil de résilience pour passer l’hiver » et éviter les abattages de volailles par millions de la dernière épizootie. Selon un recensement du ministère de l’agriculture, environ 21,8 millions d’animaux (palmipèdes et volailles) ont été euthanasiés en France d’août 2021 à mai 2022.

La résurgence exceptionnellement précoce de l’épizootie cet été, avec 164 foyers de grippe aviaire en élevage recensés depuis le 1er août, a déjà conduit à près de 1,3 million d’abattages, d’après les derniers chiffres officiels. Aucun cas n’a été signalé pour l’heure dans les élevages des trois départements concernés par le Plan Adour. Parallèlement, une expérimentation menée par la Direction générale de l’alimentation est attendue début 2023 au sein d’élevages dits autarciques, de faibles densités.

Dans ce modèle de production, le caneton ne sort plus de la ferme jusqu’à sa transformation en produit fini. « Nous ne sommes pas des diffuseurs du virus », estime Julen Perez, éleveur au Pays basque, touché par un abattage de tous ses canards en janvier 2022. Des fermes « pilotes » en autarcie seront ainsi sélectionnées pour en étudier le fonctionnement et les interactions avec l’environnement, « face à un virus devenu endémique », souligne l’éleveur.

Les articles du dossier