sommaire

Sommaire du dossier

Dossier : Influenza aviaire

précédent

28/117

articles

suivant

Grippe aviaire

Plus de 300 000 volailles d'élevage abattues depuis le 1er août


AFP le 12/10/2022 à 14:14

Plus de 300 000 volailles ont été abattues depuis le 1er août dans les élevages français pour endiguer une reprise exceptionnellement précoce de la grippe aviaire, a appris l'AFP mercredi auprès du ministère de l'agriculture.

Au total, 332 753 animaux ont été euthanasiés dans les vingt élevages contaminés depuis le 1er août, a-t-on appris mercredi auprès du ministère de l’agriculture. La précédente flambée du virus dans les élevages français (fin novembre 2021 – mi-mai 2022) avait conduit à l’abattage, y compris préventif, de 21 millions de volatiles, un niveau jamais vu auparavant.

Cet épisode a provoqué un choc dans la filière avicole, surprise par l’ampleur des contaminations dans les régions Pays de la Loire (en particulier en Vendée) et Bretagne, grandes terres d’élevage qui avaient été épargnées lors des précédentes crises liées à la grippe aviaire.

Après cette saison 2021/2022 catastrophique, le virus n’a pas disparu de l’environnement à la faveur de l’été, comme de coutume. Il a continué à circuler dans la faune sauvage, décimant notamment des espèces marines protégées comme les fous de Bassan en Bretagne. « On considère désormais que la grippe aviaire est endémique. On fait le dos rond et on baisse les densités » de canards dans certaines zones du Sud-Ouest dans l’espoir de limiter les pertes, remarque auprès de l’AFP le président de l’interprofession du foie gras (Cifog), Eric Dumas.

Le virus repéré dans 16 pays européens

Des cas en élevage ont été recensés dès fin juillet sur le littoral de la Manche. Le comptage officiel des foyers de grippe aviaire pour la saison 2022/2023 a démarré au 1er août. Depuis cette date, la plupart des cas confirmés se situent dans le Grand Ouest (Pays de la Loire, Bretagne et Normandie). Le virus a frappé des exploitations de dindes, de poules pondeuses et de palmipèdes.

Des élevages de canards reproducteurs, stratégiques pour le renouvellement des élevages, ont été touchés. Un cas a aussi été repéré dans le Sud-Ouest, dans l’élevage de canards d’un particulier en Gironde.

Outre les exploitations destinées à la production alimentaire, des foyers de grippe aviaire sont recensés dans des basses-cours et des sites hébergeant des oiseaux captifs (comme ceux détenus par des chasseurs pour attirer leurs congénères).

Depuis le 1er août, 16 pays européens ont repéré le virus sur leur territoire, rapporte la plateforme française d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA). La France est le deuxième pays « déclarant le plus de foyers de volailles depuis le début de la saison » 2022/2023, après l’Allemagne, selon son bulletin hebdomadaire.

Les espoirs se portent sur la mise au point d’un vaccin pour les animaux. Mais les résultats ne sont pas attendus avant l’an prochain.

Avant même la reprise de l’épizootie cet été, la facture de la grippe aviaire était lourde. L’Etat prévoit de débourser plus de un milliard d’euros pour indemniser les éleveurs ainsi que les industriels qui manquent de viande et d’œufs pour faire tourner leurs usines. La reprise est difficile, faute de poussins et de canetons en nombre suffisant pour remplir les élevages. Plus rares, les produits volaillers seront logiquement plus chers, préviennent les professionnels, aussi confrontés à la flambée de leurs coûts de production (nourriture des animaux, électricité…).

En règle générale, les volailles sont euthanasiées individuellement par un vétérinaire ou collectivement dans des caissons remplis de gaz carbonique, avant d’être transportées à l’équarrissage.

Les articles du dossier