Euronext

Petit tassement du blé, après un appel d’offres égyptien infructueux


AFP le 04/12/2019 à 14:35

Les prix du blé étaient en très léger repli mercredi à la mi-journée, après le résultat d'un appel d'offres égyptien au cours duquel les marchandises françaises n'ont pas réussi à se placer, contrairement à ce qui a pu se passer lors des derniers achats de l'office public égyptien.

En cause, un coût du fret plus important pour les blés français, dont les prix sont par ailleurs remontés, notamment la semaine dernière, alors que dans les derniers appels leur niveau avait permis de compenser ce coût du fret. « On est très proche en Fob » (c’est-à-dire « Free on board », sans les frais de transport et afférents), notait Damien Vercambre, analyste au cabinet Inter-Courtage.

À 221,86 dollars la tonne, selon une note de ce cabinet, le blé français était en effet proposé en-dessous des tarifs pratiqués par la Roumanie et l’Ukraine et grosso modo dans les tarifs russes (estimés entre 221,49 et 222). En revanche, le coût du fret pour les bateaux français, à 17,42 était nettement au-dessus des coûts pour le blé russe (estimé entre 13,68 et 14,30 dollars), à en croire Inter-Courtage.

À chaque fois que la France a pu placer des bateaux en Egypte, « elle était le moins cher disant (en) FOB, pour gommer ce désavantage », commentait Damien Vercambre.

Lire aussi : Pourquoi le blé français est aussi compétitif cette année ?

Concernant un appel d’offres de l’Algérie, le résultat n’était pas encore connu et devrait l’être jeudi.

Peu avant midi (11 h GMT) sur Euronext, la tonne de blé meunier reculait de 25 centimes d’euro, tant sur l’échéance de mars à 184 euros, que sur celle de mai à 184,75 euros, pour moins de 7 000 lots échangés. La tonne de maïs baissait également de 25 centimes, tant sur l’échéance de janvier à 165,75 euros, que sur celle de mars à 168,75 euros, pour moins de 200 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.