Chicago

Le soja soutenu par un coup de téléphone entre Pékin et Washington


AFP le 12/12/2018 à 10:01

Le soja a un peu avancé mardi à Chicago, aidé par un coup de téléphone entre Pékin et Washington, survenu avant la publication d'un rapport mensuel américain très suivi. Le blé a un peu reculé tandis que le maïs a légèrement avancé.

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin et le représentant au Commerce Robert Lighthizer se sont entretenus par téléphone avec le vice-Premier ministre chinois Liu He, en pleine guerre commerciale entre les deux pays. « Cela maintient un vent d’optimisme » ont estimé les analystes de CHS Hedging. Ils auraient notamment évoqué selon le Wall Street Journal l’achat par les Chinois de produits agricoles américains et des modifications de certaines politiques économiques de la Chine.

À l’issue d’un G20 récent en Argentine, l’administration Trump avait évoqué la possible levée des taxes douanières supplémentaires de 25 % appliquées sur les achats de soja américain, et l’engagement de nouvelles commandes d’oléagineux. Dans ce contexte, certains détails du traditionnel rapport du ministère américain de l’agriculture (USDA) sur l’offre et la demande de produits agricoles dans le monde (Wasde) ont attiré l’attention des courtiers. Ce rapport évoque notamment une hausse des anticipations d’exportations de soja brésilien de quatre millions de tonnes et une baisse de trois millions de tonnes concernant l’oléagineux argentin. « Cela nous fait une hausse nette de seulement un million de tonnes des exportations des concurrents américains » au moment où les États-Unis semblent rencontrer des difficultés, a affirmé Dewey Strickler de Ag Watch Market Advisors. Désormais, « la grande inconnue est de savoir si la Chine va annoncer des achats de soja américain dans les prochaines semaines », a indiqué Rich Nelson de la maison de courtage Allendale.

Le cours du blé a quant à lui reculé alors que l’USDA a révisé à la hausse ses prévisions d’exportations de blé pour la Russie, grand producteur de la céréale et concurrent direct des États-Unis sur le marché mondial. Celles-ci sont ainsi passées de 35 à 36,5 millions de tonnes (Mt), entraînant mécaniquement une baisse des prévisions d’exportations 2018/2019 des États-Unis (- 700 000 tonnes) et de l’Union européenne (- 1 Mt). Le maïs a pour sa part terminé en petite hausse. L’USDA a réévalué les prévisions de production ukrainienne de 33,5 à 35 Mt. Les stocks américains et mondiaux ont par ailleurs été revus à la hausse.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, contrat le plus échangé, a terminé mardi à 3,8475 dollars contre 3,8400 dollars la veille à la clôture. Le boisseau de blé pour mars, également le plus échangé, a fini à 5,2100 dollars contre 5,2525 dollars la veille. Le boisseau de soja pour janvier, contrat le plus échangé, a clôturé à 9,1500 dollars contre 9,0975 dollars lundi à la clôture.