Chicago

Le blé rebondit au lendemain d’un rapport américain


AFP le 13/12/2018 à 09:55

Le blé a avancé mercredi à Chicago au lendemain d'un rapport américain sur l'offre et la demande de produits agricoles dans le monde, le soja et le maïs étant légèrement aidés par des avancées dans la relation Pékin-Washington.

Les courtiers continuaient mercredi à décortiquer les détails du rapport mensuel du ministère américain de l’agriculture (USDA) sur l’offre et la demande de produits agricoles, le rapport Wasde, publié mardi. Ce rapport a notamment vu le stock mondial de blé fin de campagne s’afficher à 268,10 millions de tonnes contre 266,71 estimés le mois dernier, et 279,94 millions de tonnes l’an passé. Aux États-Unis, les stocks de fin de campagne ont également été revus à la hausse. « Les investisseurs surveillaient particulièrement ces chiffres. Bien qu’ils se soient affichés en hausse, la progression a été inférieure aux anticipations », a analysé Jason Roose de US Commodities, ce qui expliquait selon lui un rebond après la baisse de mardi. Ce même rapport a montré une hausse surprise des exportations de blé russe, estimées à 36,5 millions de tonnes contre 35 millions le mois dernier, entraînant mécaniquement une baisse des prévisions d’exportations 2018/2019 des États-Unis (- 700 000 tonnes) et de l’Union européenne (- 1 Mt). Le cours du soja a pour sa part légèrement avancé mercredi avec l’optimisme des investisseurs quant aux commentaires faisant état d’avancées dans les discussions entre la Chine et les États-Unis au sujet de leur bras de fer commercial. La Chine se prépare à ouvrir davantage l’accès de son économie aux entreprises étrangères, a affirmé mercredi le Wall Street Journal.

Nouveaux débouchés

Les courtiers étaient également à même de se réjouir de l’annonce par le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross de la reprise attendue par la Chine de ses achats de soja américain, un signe de l’engagement de Pékin dans ses pourparlers avec Washington. « Tous les yeux sont braqués sur les négociations en cours et le resteront pendant les 90 prochains jours », a affirmé Wilbur Roose, en référence à la durée de la trêve négociée entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, lors d’un G20 en Argentine début décembre. Le soja est particulièrement sensible aux informations d’ordre géopolitiques car la Chine a importé l’an dernier le tiers de la production américaine. Les États-Unis doivent actuellement trouver d’autres débouchés pour pallier la chute des achats chinois, ce qui n’est pas une mince affaire étant donné l’appétit habituel de Pékin pour l’oléagineux américain. « Trouver d’autres sources d’approvisionnement est la clé actuellement pour les Américains qui tentent de développer leur commerce avec l’Argentine », a observé Wilbur Roose. Le cours du soja a également bénéficié mercredi de l’annonce par l’USDA de deux ventes américaines à l’étranger mercredi, l’une de 130 632 tonnes vers le Mexique, et l’autre de 110 000 tonnes pour une destination inconnue. Le maïs a pour sa part fini en petite hausse, profitant des nouvelles optimistes sur le front du commerce.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, contrat le plus échangé, a terminé mercredi à 3,8525 dollars contre 3,8475 dollars la veille à la clôture. Le boisseau de blé pour mars, également le plus échangé, a fini à 5,2650 dollars contre 5,2100 dollars la veille. Le boisseau de soja pour janvier, contrat le plus échangé, a clôturé à 9,2000 dollars contre 9,1500 dollars mardi à la clôture.