Euronext

Le blé en recul, dans le sillage de Chicago


AFP le 06/06/2019 à 14:40

Les prix du blé étaient en recul, jeudi à la mi-journée, dans le sillage de Chicago et d'une accalmie des intempéries aux Etats-Unis.

La pluie qui s’abat depuis des semaines sur les zones de production américaines et a considérablement retardé les travaux de semis des fermiers américains, a laissé place à quelques éclaircies, facilitant le travail de la terre. « À la faveur d’une accalmie dans les précipitations aux Etats-Unis, des ventes d’opportunités et de prises de profit chez les fonds (spéculatifs) engendraient un repli des cours », notait ainsi le cabinet Agritel.

En France, en revanche, les pluies « étaient les bienvenues », mercredi, notait Agritel, alors que les fluctuations de marché dues à la météo restaient aussi de mise sur la Russie, avec des précipitations qui font défaut dans le sud du pays.

Les prévisions météo en Australie laissent une nouvelle fois entrevoir sur ce continent une situation de déficit hydrique pour les prochains mois.

En Allemagne, en revanche, l’association DRV des coopératives vient d’augmenter son estimation de récolte de blé 2019, à 24,70 millions de tonnes (24,28 précédemment), soit 22 % de plus que l’année dernière, du fait des pluies actuelles, notait le cabinet Inter-Courtage.

Vers 13 h 30 (11 h 30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé reculait de 75 centimes d’euro sur l’échéance de septembre à 178,25 euros et de 50 centimes sur l’échéance de décembre à 181,75 euros, pour environ 16 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, était inchangée sur l’échéance d’août à 175 euros et en recul de 50 centimes sur l’échéance de novembre à 173,25 euros, pour un peu plus de 200 lots échangés.