Euronext

Le blé connaît une correction dans un marché volatile


AFP le 22/07/2019 à 15:57

Les prix du blé connaissaient lundi après-midi une correction après une fin de semaine marquée par une belle progression, dans un marché très volatile, alors que la moisson bat son plein.

Au 15 juillet, l’organisme public FranceAgriMer annonçait des récoltes françaises réalisées à hauteur de 33 %, un chiffre qui a nettement progressé depuis, compte tenu du démarrage des moissons dans tous les départements au nord de Paris en ce début de semaine, selon plusieurs témoignages de céréaliers d’Île-de-France et des Hauts-de-France recueillis par l’AFP. « Les moissons se déploient également dans tous les pays européens où les échos rassurent tant sur le plan de la qualité des grains que des rendements des cultures. Après la faible récolte 2018, l’Allemagne et la Pologne retrouvent des volumes de production de blé en hausse », soulignait pour sa part le cabinet Agritel.

La canicule annoncée à partir du 23 juillet 2019 renforce avant tout les craintes des producteurs de maïs, en pleine floraison en France. « Les cultures de maïs, qui enregistraient déjà une baisse des surfaces dans un état « bon à excellent » la semaine passée, risquent de connaître à nouveau une dégradation cette semaine en raison des températures très élevées », estimait Agritel.

Rendements très satisfaisants en orge d’hiver

Les autres cultures de printemps, comme l’orge, sont également susceptibles de souffrir de ce nouvel épisode de canicule. La récolte d’orge d’hiver arrive désormais à son terme, avec des rendements très satisfaisants. Les coupes d’orges de printemps progressent également. « Malgré le retour des disponibilités, les négociations demeurent toutefois timides en raison des teneurs minimales en protéines à respecter dans les contrats », estimait Agritel.

À 14 h 00 (12 h 00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé reculait de 1,50 euro sur l’échéance de septembre à 175,50 euros et de 1,25 euro sur celle de décembre à 180,25 euros, pour près de 9 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, reculait plus légèrement, perdant 75 centimes d’euro sur l’échéance d’août à 180 euros et de 25 centimes sur celle de novembre à 178,75 euros, pour un peu plus de 300 lots échangés.