Chicago

La prévision d’un temps sec fait monter maïs, blé et soja


AFP le 09/08/2019 à 09:27

Les cours du maïs, du blé et du soja cotés à Chicago, portés par la crainte d'une météo trop sèche et par des ajustements avant le prochain rapport Wasde, ont nettement progressé jeudi malgré des ventes à l'étranger en demi-teinte.

« Les dernières prévisions font apparaître un temps plus chaud et sec », relève Jack Scoville de Price Futures Group. « Ça ne va pas aider au développement des plantes, en particulier du maïs, qui pâtissent déjà du fait d’avoir été semées tard en raison des pluies abondantes du printemps », ajoute-t-il.

Les investisseurs sont surtout selon lui en train de se positionner avant la diffusion, lundi, du rapport mensuel du ministère américain de l’agriculture sur l’offre et la demande de produits agricoles dans le monde (Wasde). « Au fil des ans, ce rapport a prouvé qu’il restait la source la plus fiable d’informations pour les acteurs de l’industrie agricole », rappelle dans une note le cabinet de recherche Gro Intelligence. En moyenne, les fluctuations de prix sur le marché sont 33 % plus importantes les jours où le rapport est publié, ont-ils calculé.

Et le rapport d’août est le 3e plus important après celui de janvier et d’octobre. Cette année, les investisseurs vont toutefois devoir faire face à deux éléments nouveaux. Le ministère a décidé de retarder à septembre les estimations basées sur des observations de terrain, généralement considérées comme plus précises. Les estimations sur les rendements vont donc principalement être le fruit d’observations aériennes et de projections fondées sur la météo. Surtout, le ministère va ajuster ses prévisions sur les surfaces consacrées à chaque culture.

« Puisque les pluies abondantes et les inondations du printemps ont empêché ou retardé les semis de nombreux champs, l’enquête sur les surfaces semées en juin n’a pas mesuré correctement les surfaces des principales céréales », souligne Gro Intelligence. Le ministère a donc refait une enquête auprès des agriculteurs fin juillet et ces nouveaux chiffres sont particulièrement attendus. « À ces inquiétudes sur la production en cours » qui font monter les prix, « les agriculteurs s’inquiètent aussi de la demande », remarque Jack Scoville. Le rapport hebdomadaire sur les ventes à l’étranger diffusé jeudi a été très en-deçà des prévisions pour le maïs (239 500 tonnes commandées contre 300 000 tonnes attendues au minimum). Les Etats-Unis ont par ailleurs écoulé 420 000 de tonnes de soja, au milieu de la fourchette d’estimations, et 487 700 tonnes de blé, ce qui est en haut de la fourchette de prévisions.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé jeudi à 4,1825 dollars contre 4,1400 dollars la veille (+ 1,03 %). Le boisseau de blé pour livraison en septembre, le plus actif, a fini à 4,980 dollars contre 4,8825 dollars à la clôture précédente (+ 2,10 %). Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, s’est établi à 8,8300 dollars contre 8,6675 dollars mercredi (+ 1,87 %).