Méthanisation

Des fonds européens pour développer les énergies renouvelables


TNC le 22/05/2019 à 13:10
La BEI et Rgreen Invest financent des projets de développement des énergies renouvelables. (©Pierre-Henri Roland)

La BEI et Rgreen Invest financent des projets de développement des énergies renouvelables. (©Pierre-Henri Roland)

La BEI et Rgreen Invest financent le méthaniseur Méthajoule dans le Cantal à hauteur de cinq millions d'euros. Objectif : investir pour la transition écologique et accompagner les porteurs de projet méthanisation, éolien, photovoltaïque, biomasse, géothermie...

La banque européenne d’investissement (BEI) et la société Rgreen Invest annoncent leur participation de cinq millions d’euros dans le méthaniseur Méthajoule en région Auvergne – Rhône Alpes.

Au lancement du fond Infragreen III, la BEI a investi 50 millions d’euros lui permettant, en décembre 2018, de clôturer au-dessus de ses objectifs de levée de capital, pour un montant de 307 millions d’euros.

Son objectif : investir dans les actifs de la transition énergétique, en particulier les énergies renouvelables, en ciblant les projets photovoltaïques, éoliens mais aussi dans la géothermie, la biomasse, la méthanisation et l’efficience énergétique. L’apport financier de la banque entre dans le cadre du fond européen pour les investissements stratégiques, aussi appelé « plan Juncker ».

Du BioGNV pour les camions de collecte d’ordures ménagères

Le premier projet présenté est une unité de méthanisation agricole en cogénération de 500 kW-e/400 kW-th. Le site est en cours de construction à Sainte-Eulalie (Cantal) et devrait produire de l’électricité, revendue à EDF. Pour valoriser l’énergie thermique, un réseau de chaleur de 620 m de long desservira la zone d’activités. Une partie du biogaz sera aussi valorisée en BioGNV pour ravitailler les camions de collecte d’ordures ménagères de la communauté de communes du Pays de Salers. Dans un premier temps, l’investissement de la société Rgreen Invest est fixé à 5 millions d’euros. Il pourrait cependant grimper progressivement jusqu’à 10 millions.

À lire aussi : Le gouvernement revoit à la baisse ses ambitions en faveur de la méthanisation

Les intrants sont issus d’exploitants agricoles du territoire dont le rayon moyen de collecte et de redistribution est inférieur à 15 km. Par ailleurs, le site servira de pilote à la mise en œuvre du compostage de digestat. Olivier Bouttes, président de Méthajoule, se réjouit du partenariat : « Valoriser les ressources locales pour produire de l’énergie renouvelable, dans une logique d’économie circulaire et d’aménagement du territoire, c’est notre ambition ! »