Génisses laitières

Un vêlage précoce promet-il de meilleures performances chez la vache adulte ?


TNC le 09/09/2020 à 06:03
Si elles font moins de lait en 1ère lactation, les génisses ayant vêlé de façon précoce rattraperont vite leur retard et feront même une meilleure carrière (plus de lait par jour de vie). (©TNC)

Si elles font moins de lait en 1ère lactation, les génisses ayant vêlé de façon précoce rattraperont vite leur retard et feront même une meilleure carrière (plus de lait par jour de vie). (©TNC)

C'est incontestable : avancer l'âge au vêlage des génisses laitières permet de faire des économies sur l'élevage des génisses. Mais quid des conséquences sur les performances de la future vache adulte ? Les essais menés à la ferme expérimentale des Trinottières (49) permettent de répondre à cette question.

Basée dans le Maine-et-Loire, la ferme expérimentale des Trinottières conduit ses génisses dans un objectif de premier vêlage à 24 mois. Avec une conduite en vêlages groupés, les veaux nés tardivement dans la saison devront alors vêler encore plus tôt (22 mois) pour conserver le rythme. L’alimentation des génisses sevrées est alors adaptée pour atteindre l’objectif.

Sur le même sujet, l’élevage s’est aussi intéressé à la quantité de lait distribué aux veaux laitiers. Alors faut-il peu ou beaucoup de lait pour une bonne croissances des génisses ? (réponse en cliquant sur le lien de l’article)

Avec pour recul un suivi sur 554 génisses, la ferme peut à ce jour dresser un bilan des impacts du vêlage précoce sur les performances de production de la vache.

Vêlage précoce : du lait en moins en première lactation

En première lactation, les animaux conduits en vêlage précoce feraient en moyenne 300 kg de lait en moins que ceux ayant vêlé à 33 mois. En revanche, les experts expliquent que : « corrigée du poids vif, la production laitière en première lactation est supérieure pour les animaux en vêlage précoce ou très précoce (14 kg contre 13 kg de lait/kg de poids vif). Plus que l’âge au vêlage, c’est le poids à ce stade qui semble influencer le plus la production de lait des primipares. »

De plus, si les génisses conduites en vêlage précoce sont plus légères que les autres au premier vêlage, elles rattrapent leur retard au troisième vêlage, tout en produisant autant de lait.

Découvrez le témoignage de Kévin Rémy (55) qui est passé de 29 à 23 mois d’âge au premier vêlage grâce à un sevrage plus tardif et une augmentation des quantités de lait distribuées

Mais une meilleure carrière avec +1,9 kg de lait par jour de vie

Remis face au nombre de jours de vie, les génisses conduites en vêlage précoce ou très précoce présentent en fait une meilleure carrière que les autres puisqu’elles font plus de lait par jour de vie (+1,9 kg de lait/jour de vie).

Pour plus de détails, retrouvez tous les chiffres des Trinottières dans la fiche technique correspondante publiée par l’Idele

Et forcément, le coût d’élevage est inférieur puisqu’elles deviennent productives plus vite que les autres. La ferme chiffre une baisse de – 10 % de coûts d’élevage (1 463 € de coût de production pour une génisse en vêlage tardif contre 1 300 à 1 324 € pour une génisse en vêlage précoce ou très précoce).