Australie

Les incendies pourraient impacter le prix du lait


TNC le 17/01/2020 à 13:31
Les incendies en Australie déciment les cheptels. (©Support Australian Farmers In Crisis)

Les incendies en Australie déciment les cheptels. (©Support Australian Farmers In Crisis)

Déjà impactée par la sécheresse persistante, la production laitière australienne devrait connaître une baisse supplémentaire en raison des incendies qui dévastent le pays et qui ont touché les principales zones de production de lait. Le potentiel exportable du pays pourrait se réduire et avoir un impact sur le prix du lait.

L’Australie est l’un des plus grands exportateurs de produits laitiers dans le monde, avec les États-Unis, l’Union européenne, la Nouvelle-Zélande et l’Argentine. En 2019, 8 795 millions de litres de lait auraient été produits dans le pays et environ 48 % des produits manufacturés (en termes d’équivalent lait) auraient été exportés, le reste étant vendu sur le marché australien, selon Dairy Australia, l’organisme national australien pour l’industrie laitière.

À lire : Marché des produits laitiers : lait français VS importations : où en est-on ?

Des incendies ont balayé les principales zones productrices de lait le long de la côte sud de la Nouvelle-Galles du Sud, ainsi que dans le Comté de Gippsland Est, dans l’État de Victoria. Or, il s’agit des deux principales régions laitières du pays. En 2019, 63 % de la production totale de lait a été faite dans l’État de Victoria (5 574 millions de litres de lait) et 12 % en Nouvelle-Galles du Sud (1 082 millions de litres de lait). La production avait cette année-là déjà été inférieure à la normale à cause de la sécheresse persistante, qui a engendré « une forte hausse du prix des aliments et de l’eau d’irrigation. Les faibles trésoreries de nombreux éleveurs limitent également les marges de manœuvre », indique l’Idele dans son numéro de janvier des Tendances Lait Viande. Par ailleurs, la demande de viande bovine est soutenue au niveau international, ce qui « tire les prix australiens à la hausse, encourageant certains éleveurs laitiers à décapitaliser ». 

À lire : Sécheresse et canicule : un impact sur les marchés lait et viande bovine, en France et ailleurs

Dans sa publication de décembre, avant que les incendies ne fassent autant de ravages sur les exploitations, l’USDA s’attendait déjà à ce que la production 2020 reste bien inférieure aux années précédentes, et anticipait une baisse de 2 % comparé à 2019, soit 8,6 millions de tonnes de lait produites. 

Évolution de la production de lait des principaux exportateurs de lait dans le monde (Chiffres : décembre 2019). (©USDA)

– 5 % de production laitière en Australie pour 2020

« Les feux en Australie sont un drame écologique de premier plan et la production laitière n’y échappe pas », selon Stefan Nether, vice-président du marché des produits laitiers chez INTL FCStone (société de services financiers). « Cette catastrophe décime les cheptels, rend l’approvisionnement et la collecte périlleux ». Des images ahurissantes circulent sur les réseaux, où l’on peut voir l’ampleur des dégâts, avec des troupeaux entiers réduits à la mort, gisant sur le sol.

« Plusieurs milliers de bovins et d’ovins seraient morts. L’impossibilité d’emprunter de nombreux axes de circulation touche d’autres élevages qui ne sont plus collectés ni approvisionnés en aliments du bétail », explique l’Idele.

Par ailleurs, le Premier ministre australien a annoncé que des subventions pouvant aller jusqu’à 75 000 $ seront mises à disposition des agriculteurs dont les exploitations ont été touchées par les feux de brousse.

Selon les premières estimations d’INTL FCStone, « l’Australie pourrait perdre encore 5 % de plus de sa production laitière et atteindre le niveau le plus bas depuis plus de vingt ans, soit moins de neuf milliards de litres ». La situation pourrait ainsi impacter le potentiel exportable du pays, qui pourrait passer sous la barre des trois milliards de litres équivalent lait ».

Or, les échanges mondiaux de lait s’élèvent à 75 milliards de litres équivalent lait. La quantité manquante australienne représenterait donc « seulement » 0,6 % du total. Et pourtant, Stefan Nether affirme que « sur le marché des produits agricoles périssables, l’effet sur le prix pourrait être bien plus élevé dans les semaines à venir ».

À lire : Perspectives laitières : la demande supérieure à la production soutiendra les prix ces prochains mois