Conjoncture laitière

La remontée des cours des produits laitiers devrait enfin se faire sentir


TNC le 03/05/2021 à 16:00

Les cours des produits laitiers industriels poursuivent leur hausse. Si le prix du lait ne suit pas encore la tendance, les prévisions du Cniel sont optimistes : elles annoncent des « perspectives plutôt favorables sur le premier semestre 2021 ».

Conjoncture laitière avril 2021 :

« Les perspectives sur le premier semestre 2021 sont plutôt favorables compte tenu de la vigueur de la demande internationale », explique Benoît Rouyer, économiste du Cniel, dans sa note de conjoncture laitière du mois d’avril 2021 qui ressemble fortement à celle du mois dernier.

La poudre et le beurre ne cessent de grimper

En effet, depuis le début de l’année, les cours des produits laitiers industriels sont en hausse. « Le beurre se situe autour de 3 900 €/t. La poudre de lait écrémé est quant à elle à 2 500 €/t », cite l’expert.

Les cours du beurre et de la poudre de lait ne cessent de grimper depuis le début de l’année 2021.

Le prix du lait ne suit en revanche pas la même tendance : le prix standard du lait de vache conventionnel s’élevait à 328 €/1000 l sur février 2021, soit 7 € en-dessous du niveau de février 2020.

Par ailleurs, l’indice Ipampa (indice des prix d’achat des moyens de production agricole), reflet des charges, a progressé de 5 % en l’espace d’un an (notamment à cause des postes énergie et aliments).

Les charges augmentent pour les élevages laitiers : + 5 % en 1 an.

– 3 % de lait en France depuis début 2021

En ce qui concerne la collecte laitière, elle diminue en Europe depuis le début de l’année, reste dynamique aux États-Unis et progresse de façon plus modérée en Nouvelle-Zélande.

« Le recul de la production observé en Europe depuis le début de l’année 2021 apparaît encore plus marqué en France (- 3 % sur les 14 premières semaines de 2021). L’écart entre les niveaux de 2020 et 2021 tend, néanmoins, à se rétrécir sur les toutes dernières semaines. »

Benoît Rouyer reste confiant : « La filière laitière fait preuve d’une relative résilience dans un monde économique fortement perturbé. Les perspectives sur le premier semestre 2021 sont plutôt favorables, compte tenu de la vigueur de la demande mondiale. »