Conjoncture laitière

Les cours du beurre et de la poudre remontent


TNC le 01/04/2021 à 09:36

Depuis le début de l'année, les cours de la poudre de lait écrémée et du beurre sont à la hausse. De plus le pic printanier de collecte devrait être mieux géré cette année dans l'hexagone. Des indicateurs au vert pour ce premier semestre 2021.

Conjoncture laitière mars 2021 :

« Les perspectives sur le premier semestre 2021 sont plutôt favorables compte tenu de la vigueur de la demande mondiale », affirme Benoît Rouyer, économiste au Cniel dans la note de conjoncture laitière de mars.

Contrairement à l’an dernier où, face à la crise sanitaire, l’interprofession appelait les éleveurs à lever le pied sur leur production, le printemps 2021 devrait s’avérer moins compliqué. L’expert explique que « les inquiétudes actuelles quant à la capacité des opérateurs laitiers à gérer le pic printanier de collecte sont beaucoup plus mesurées que l’an dernier. »

Les cours des produits laitiers industriels remontent

Évolution des prix des produits industriels en France jusqu’à début mars 2021. (©Cniel)

« Les prix des produits laitiers industriels remontent de façon assez nette depuis le début de l’année 2021. Les cours du beurre en France ont ainsi progressé de 650 € en 10 semaines pour se situer actuellement autour de 3 800 €/t. De son coté, le prix de la poudre de lait écrémée a augmenté de 300 € depuis le début de l’année 2021 pour atteindre désormais 2 500 €/t. »

Évolution de la collecte laitière en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis et dans l’Union européenne. (©Cniel)

Le contexte européen actuel est plutôt à la baisse : la production laitière diminue depuis le début de l’année (-0,9 % sur janvier). La croissance cumulée sur les 12 derniers mois se limite alors seulement à 1,1 %. Aux États-Unis, elle reste dynamique. En Nouvelle-Zélande, elle ne progresse plus depuis deux ans.

Le prix du lait reste quant à lui encore inférieur à 2020

Ce recul est encore plus marqué en France où la production a diminué de plus de 3 % sur les 10 premières semaines de 2021. « Ce recul est en partie lié à une moindre qualité des fourrages et un prix élevé des aliments, mais aussi et surtout à une réduction du cheptel (-2 % par rapport à 2020) », souligne Benoît Rouyer.

Sans surprise face à ce constat, les charges augmentent dans les exploitations. « Deux postes sont particulièrement concernés : d’une part l’énergie et les lubrifiants, d’autre part les aliments achetés. »

Les charges augmentent pour les élevages laitiers. (©Cniel)

327 €/1 000 l sur janvier 2021

Et le prix du lait reste en dessous de celui de 2020 : « Le prix du lait de vache conventionnel était de 327 €/1000 l en janvier 2021, soit 9 € sous le niveau de janvier 2020. »