Chronologie

En 16 ans, la grippe aviaire est devenue endémique en France


AFP le 11/11/2022 à 11:34

Rappel des principaux épisodes de grippe aviaire en France, où cette maladie est désormais décrite comme « endémique », obligeant le gouvernement et à décréter jeudi un confinement général des volailles.

2006 : premier épisode

Un premier cas d’infection par le virus H5N1 de la grippe aviaire (influenza aviaire) est confirmé en France sur un canard sauvage trouvé mort dans l’Ain le 18 février 2006.

Ce virus inquiète car il peut se transmettre à l’homme après contacts directs et prolongés avec des volailles.

Le 23 février, la présence du H5N1 est confirmée dans un élevage de 11 000 dindes dans ce même département. Les bêtes sont euthanasiées.

2015-2016 : le Sud-Ouest frappé

Après la découverte d’un foyer de grippe aviaire H5N1 dans une basse-cour à Biras en Dordogne en novembre 2015, des restrictions pour le transport et l’exportation de volailles sont imposées.

De nouveaux foyers sont découverts dans le Sud-Ouest. Le 14 janvier 2016, le ministère de l’Agriculture décrète le gel de la production dans les élevages du Sud-Ouest pour éradiquer la maladie.

Un système de « vide sanitaire » est mis en place, à savoir une période de plusieurs semaines sans aucune volaille dans les élevages, avant la reprise de l’activité.

2016-2017 : souche H5N8

Le 28 novembre 2016, un cas de grippe aviaire de la souche H5N8 hautement pathogène pour les volatiles, mais non transmissible à l’homme, est confirmé chez des canards sauvages dans le Pas-de-Calais.

Quelques jours plus tard, des foyers sont détectés dans des élevages de plusieurs départements du Sud-Ouest.

Le 4 janvier 2017, le gouvernement décide l’abattage de centaines de milliers de canards élevés en plein air dans 150 communes du Sud-Ouest.

Le 21 février, il annonce l’abattage de 360 000 canards d’élevage dans les Landes. La mesure d’abattage préventif est ensuite étendue à 700 communes dans le Gers, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées et en Haute-Garonne.

Elle est suivie au printemps d’une période de « vide sanitaire ».

La fin de cette épidémie est déclarée le 5 mai.

2020/2021 : tache d’huile dans le Sud-Ouest

Une alerte est lancée à l’automne 2020 en raison du passage d’oiseaux migrateurs potentiellement porteurs du virus H5N8.

Le 8 décembre, un premier élevage de canards dans les Landes est touché par le virus H5N8.

Malgré les abattages systématiques, l’épidémie fait tache d’huile, touchant au total 15 départements, principalement dans le Sud-Ouest, ce qui oblige à l’abattage de 3,5 millions de volailles.

2021/2022 : ampleur inédite

En septembre 2021, des cas sont détectés dans des basses-cours des Ardennes et de l’Aisne. Le 5 novembre, le confinement est ordonné pour tout élevage de volailles en France métropolitaine afin d’éviter la contamination par les oiseaux migrateurs.

Le 17 décembre, le ministère annonce un premier foyer de virus H5N1 dans un élevage de canards du Gers. L’épidémie se propage rapidement à d’autres élevages du Sud-Ouest puis s’étend début 2022 à des élevages de l’ouest de la France.

Pour la première fois des oiseaux migrateurs contaminent des élevages lors de leur remontée vers le nord à la fin de l’hiver.

La situation oblige à un plan massif d’abattage: le décompte diffusé fin juillet par le ministère de l’Agriculture fait état de plus de 19 millions de volailles abattues depuis novembre 2021.

Automne 2022 : maladie devenue endémique

La grippe aviaire est devenue « endémique » en France, alertent plusieurs professionnels. Elle réapparaît en septembre et octobre, principalement dans l’Ouest et le Sud-Ouest, obligeant à une nouvelle campagne d’abattage.

Un nouvel ordre de confinement général pour les élevages de volailles a été lancé jeudi par le ministère de l’Agriculture.

Les espoirs se portent désormais sur la mise au point d’un vaccin pour protéger les oiseaux. Mais les résultats ne sont pas attendus avant l’an prochain.