S'installer en allaitant

Broutards, taurillons ou bœufs, quelle est la production la plus intéressante ?


TNC le 12/11/2019 à 09:25
La production de taurillons est plus rentable que celle de broutards ou de bœufs, selon l'étude menée par l'équipe Inosys-réseaux d'élevage. (©TNC)

La production de taurillons est plus rentable que celle de broutards ou de bœufs, selon l'étude menée par l'équipe Inosys-réseaux d'élevage. (©TNC)

Dans les Hauts-de-France, 60 % des élevages allaitants sont naisseurs et vendent des broutards, 28 % sont naisseurs-engraisseurs de taurillons et 12 % sont naisseurs-engraisseurs de bœufs. En revanche, ces trois systèmes ne semblent pas logés à la même enseigne niveau rentabilité. Alors quelle est la production la plus économiquement intéressante ?

Qu’on soit en réflexion d’installation ou déjà bien installé dans un élevage allaitant, la question de l’intérêt économique de la production se pose. L’équipe Inosys-réseaux d’élevage des Hauts-de-France s’est penchée sur la question et a analysé les 3 systèmes fréquemment présents dans la région : naisseur avec vente de broutards, naisseur-engraisseur avec vente de taurillons et naisseur-engraisseur avec vente de bœufs.

L’analyse porte sur l’exploitation type suivante :

Système de polyculture élevage, troupeau en race Charolaise, 1,5 UMO160 ha de SAU dont 55 ha de SFP (45 ha de prairies permanentes + 10 ha de maïs fourrage) et 46 ha de blé, 23 ha d’escourgeon, 13 ha de maïs grain, 13 ha de colza et 10 ha de betteraves sucrières.

Prix retenus dans le calcul :

Animaux Aliments
Catégorie Prix Type Prix
Vache de réforme, 450 kg cc 3,55 €/kg cc Pulpes sèches 180 €/t
Génisses > 2 ans, 390 kg cc 3,55 €/kg cc Tourteau soja 360 €/t
Broutarde, 350 kg 650 € Tourteau colza 240 €/t
Taurillons, 470 kg cc 3,70 €/kg cc CMV 5-25 610 €/t
Bœufs, 450 kg cc 3,65 €/kg cc
Broutards, 380 kg vif 950 €

Rations :

Aliments (kg bruts) Paille Foin Maïsfourrage Pulpes sèches Tourteausoja/colza CMV (g)
Vaches suitées 6,5 17 1,8 100
Génisses et bœufs de 2 ans 1,8 4 10 0,6 80
Bœufs finition 2,6 27 2 2 80
Taurillons 1 19 2 2 80

Lire aussi : Jeune ou vieille vache : le coût de la finition ne sera pas le même

Élevage naisseur avec vente de broutards : le système le plus répandu

Dans les Hauts-de-France, 60 % des élevages allaitants sont des naisseurs avec une vente de broutards. C’est un système simple avec une période sans animaux en bâtiment l’été et en cycle court. En revanche, la rentabilité semble assez faible. Pour le cas type, l’EBE s’élève à 67 387 €.

Système naisseur – vente de mâles en broutards (65 vêlages) :

Scénario bilan système naisseur avec vente de broutards (©Idele)

Lire aussi : Vacciner et limiter le mélange des lots pour éviter les troubles respiratoires

Produire des bœufs : des vaches en moins, soit une perte des aides aux bovins allaitants (ABA)

Par rapport au système naisseur, la production de bœufs entraine une diminution de 7 % de l’EBE notamment à cause de la perte des aides aux bovins allaitants (ABA) sur les 15 vaches en moins.

D’ailleurs, si ce système reste assez souple, il demande un important stock fourrager et des places en bâtiment supplémentaires.

Système naisseur-engraisseur de bœufs (50 vêlages) :

Scénario bilan système naisseur-engraisseur avec vente de bœufs. (©Idele)

Lire aussi : Du boeuf Wagyu made in Bretagne

Faire des taurillons : le système le plus intéressant

D’après les simulations, le système naisseur-engraisseur de taurillons est le plus intéressant économiquement. En effet, l’EBE est supérieur de 15 % par rapport au système naisseur et 23 % par rapport au système bœufs.

Si ce système est plus rentable, il oblige néanmoins à avoir des animaux présents en bâtiment toute l’année, ce qui implique une charge de travail plus élevée pour l’éleveur. Dans l’exemple, une partie des animaux est sevrée au 15 août et alimentée en sec jusqu’au 30 septembre (vêlages de novembre à janvier) puis en humide avec la rentrée du troupeau à l’étable.

Scénario bilan système naisseur-engraisseur avec vente de taurillons (©Idele)

Les experts expliquent : « Cette amélioration de l’EBE est valable dès que le prix de vente du taurillon dépasse 3,1 €/kg de carcasse. » Les tableaux ci-dessous permettent de comparer les systèmes en fonction du prix de vente :

Evolution de l’EBE selon le prix de vente des bœufs ou des taurillons. (©Idele)

Retrouvez l’étude complète : En élevage vaches allaitantes, que choisir ? Broutards, taurillons ou bœufs ?