Diagnostic de la structure du sol

Le test bêche, une méthode simple et rapide


TNC le 10/01/2019 à 19:15

Test bêche (©Agro-Transfert)

Test bêche (©Agro-Transfert)

Parmi les différentes méthodes de diagnostic de la structure du sol, le test bêche constitue une méthode simple et rapide pour étudier l'état physique et biologique du sol. Une bêche, une bâche, un mètre ruban... et un peu de pratique suffisent. Agro-Transfert a développé un guide méthodique sur le sujet pour vous accompagner.

Facile à mettre en œuvre, le test bêche consiste à prélever un bloc de sol, comme son nom l’indique, avec une bêche. Il permet de « diagnostiquer rapidement l’état physique et biologique du sol », selon Agro-Transfert.

Cette méthode permet « d’évaluer l’impact des pratiques culturales et des chantiers de récolte sur la structure des 20-25 premiers centimètres de son sol, d’aider l’utilisateur à prendre des décisions tactiques (ex : passage ou non d’un outil pour fragmenter son sol), d’apprécier l’activité biologique de son sol pour évaluer sa possibilité de régénération et d’évaluer l’impact des pratiques agricoles sur l’activité biologique ».

Si elle est moins destructive que le profil cultural et le mini-profil 3D, le test bêche ne permet toutefois pas d’observer la structure et l’enracinement dans les horizons profonds (en dessous de 25 cm), comme les deux autres méthodes.

Une bêche, une bâche et un mètre ruban

Côté pratique, Agro-Transfert préconise d’éviter les sols trop secs afin de « faciliter l’observation de la structure ». Le moment idéal est pendant l’interculture à l’automne ou bien en sortie d’hiver. À noter : dans le cadre d’un suivi pluriannuel, le diagnostic doit toujours être réalisé à la même période. Il est aussi conseillé de « se placer sur une zone représentative de la parcelle (donc éviter les fourrières et les passages de roues) et de réaliser six prélèvements en diagonal pour bien couvrir l’hétérogénéité de la parcelle ». Niveau matériel nécessaire, la liste est simple : une bêche, une bâche et un mètre ruban. Une fois ces objets réunis, l’observation peut alors commencer.

En premier lieu, on va prendre en compte « l’état physique de la bêchée ». Il convient « d’observer si différents horizons peuvent être distingués (générés par le travail du sol à différentes profondeurs) et d’en mesurer leur profondeur. Le bloc peut ensuite être fragmentée « pour mettre en évidence la structure ». La notation peut être effectuée selon la méthode Vess, développée par B.Ball et al (2007).

Dans un second temps, il faut s’intéresser également à « l’activité biologique des vers de terre » : on observe alors leurs « traces de bioturbation ». « Si l’horizon est motteux, la notation de la bioturbation se fait sur les mottes ». Sinon, elle est réalisée à l’échelle de l’horizon dans son ensemble. Agro-Transfert a également mis en place une échelle de notation, à partir des travaux de Piron et al (2012).

[Extrait d’une vidéo réalisée par Arvalis concernant la mise en œuvre du test bêche]

Pour plus d’informations, retrouvez le guide méthodique réalisé par Agro-Transfert concernant le test bêche et la fiche de notation correspondante.