Vilmorin

1er trimestre stable, objectifs annuels confirmés


AFP le 06/11/2018 à 11:15

Le semencier français Vilmorin a annoncé lundi des ventes stables au premier trimestre de son exercice décalé 2018-2019, à 207,5 millions d'euros, confirmant ses objectifs malgré des difficultés dans les semences potagères, son activité principale.

En parallèle de ses résultats trimestriels et dans le cadre de ses activités dans les semences de grandes cultures, le groupe a annoncé l’acquisition de deux sociétés sud-américaines spécialisées dans la production et la distribution de maïs hybride : l’entreprise argentine Sursem et la société Geneze au Brésil. L’opération devrait être finalisée en décembre 2018. Les deux sociétés ont réalisé un chiffre d’affaires total de plus de 40 millions de dollars en 2017 et emploient plus de 160 personnes.

Le semencier français a confirmé lundi ses objectifs sur l’exercice en cours, prévoyant des ventes en hausse entre 2 et 3 % à données comparables, comme annoncé en octobre après la publication d’un bénéfice net annuel en baisse de 15 % par rapport à l’exercice précédent. À taux de change et périmètre constants, le chiffre d’affaires au premier trimestre a crû de 5,3 %. Cette hausse a été portée selon Vincent Supiot, directeur financier du groupe, par la croissance de l’activité semences de grandes cultures (+ 6,7 %) qui représentait 46,5 % de l’activité du groupe au premier trimestre. Le directeur financier a également souligné une croissance « à deux chiffres » (+ 11,4 %) de l’activité grandes cultures.

Vilmorin a observé une croissance « plus mesurée sur l’activité potagère sur ce premier trimestre, marqué par des performances hétérogènes en fonction des zones géographiques », a précisé Vincent Supiot au cours d’une conférence téléphonique. Les ventes réalisées dans ce secteur ont chuté de 5,4 % (+ 0,7 % à taux de change et périmètre constants) en raison de difficultés au Moyen-Orient et en Amérique du Sud. Le directeur financier a souligné que ces deux zones étaient « inquiétantes » pour le groupe : le Moyen-Orient en raison des sanctions en Iran et des variations de la monnaie turque et l’Amérique du Sud, notamment au Brésil et en Argentine où « des effets monétaires et géopolitiques viennent amoindrir de belles performances » dans d’autres régions. Vincent Supiot a également rappelé que le premier trimestre représentait 15 % des ventes annuelles de Vilmorin et Cie. En Bourse, le titre de Vilmorin a baissé de 39,6 % depuis le début de l’année. Lundi, juste avant l’annonce des résultats, il a clôturé sur une baisse de 0,75 % à 53,1 euros dans un marché quasiment à l’équilibre (- 0,01 %).