Travaux immobiliers et crédit d’impôt

Faut-il se lancer avant la fin 2019 ?


Cogedis le 08/11/2019 à 06:04

Le CIMR (Crédit d’impôt modernisation du recouvrement) a été instauré pour éviter une double imposition en 2019 pour le contribuable. Attention ! Il ne concerne que les revenus ordinaires.

2018 et la mise en place du prélèvement à la source (PAS)

L’arrivée du PAS a conduit l’administration fiscale à prévoir une année de transition. En ce sens, pour éviter que le contribuable n’ait à payer un impôt conséquent qui cumulerait les revenus 2018 et 2019, Bercy a décidé que les revenus 2018 n’avaient pas vocation à être fiscalisés.

Toutefois, pour éviter les abus, le gouvernement a instauré le CIMR, un mécanisme qui neutralise uniquement les revenus ordinaires de l’année 2018. En conséquence, cette année là, les dépenses de travaux étaient entièrement déductibles mais avaient peu d’impact en l’absence de recette exceptionnelle.

2019 : la règle de la moyenne

La déduction des travaux est limitée à 50% des dépenses réalisées en 2018 et 2019.

Les travaux concernés sont les travaux dits volontaires :

  • d’amélioration,
  • d’entretien,
  • de rénovation,
  • de remise en état…

Attention : cette règle ne vaut pas pour les travaux d’urgence, pour les immeubles acquis en 2019, les monuments historiques labellisés en 2019 ou les dépenses considérées comme obligatoires (impôts, assurances, frais de comptabilité, intérêts…)

2020 : n’hésitez pas à réaliser vos travaux

En 2020, la déduction fiscale retrouve sa pleine efficacité. En règle générale, à conditions que vous ne soyez pas concerné par les exceptions, il sera plus intéressant du point de vue fiscal de réaliser vos travaux cette année là.

Cogedis, l’Expertise Comptable