CanolaPro

Production de protéines pour l’assiette : finalisation du partenariat ADSM


AFP le 15/07/2020 à 11:30

Le groupe agroalimentaire Avril, numéro un français des huiles de table et des oeufs, et le néerlandais Royal DSM ont annoncé la finalisation de leur partenariat pour produire conjointement une protéine issue de colza à destination de l'alimentation humaine.

Cette alliance entre les deux groupes se concrétise par « la création d’une société commune, Olatein, dont le capital est codétenu par Avril (25 %) et DSM (75 %) », indiquent les deux groupes dans un communiqué commun. À charge pour Avril de fournir des « tourteaux gras non OGM, riches en protéines, issus de la nouvelle unité de trituration qui sera créée sur le site », lequel sera pourvu d’une « unité de production de biométhane qui contribuera à alimenter le réseau public local et réduire l’empreinte environnementale du site ». La mise en production, prévue « au premier trimestre 2022 », passe par la reconversion du site de Dieppe, sur lequel se trouvait une usine de trituration de colza de Saipol, filiale d’Avril, touchée par une explosion en février 2018 qui avait fait deux morts et mis ses 40 salariés au chômage technique. « Les travaux seront lancés dès l’été », ont indiqué les deux partenaires.

Commercialisée sous la marque CanolaPro, cette protéine sera fabriquée à partir de « colza non OGM 100 % d’origine européenne », a précisé la direction d’Avril, contactée par l’AFP. Elle prévoit parallèlement le « développement en France d’une nouvelle filière de colza riche en protéines pour développer l’origine France ».

À lire aussi : Conséquences du Covid – Peu impacté, le groupe Avril maintient son cap

« L’usine dédiée à la production d’isolats de protéines de colza va traiter 35 000 tonnes de graines de colza, qui lui permettront de produire dans un premier temps environ 25 000 tonnes de tourteau gras d’où seront extraits 4 500 tonnes d’isolat de protéine. À horizon cinq ans, les capacités de production devraient être doublées », a précisé le groupe à l’AFP. Ces protéines pourront être utilisées dans des alternatives à la viande et aux produits laitiers, des boissons, des produits de cuisson au four, des barres alimentaires ou encore des produits prêts-à-mélanger. Jusqu’ici utilisé en alimentation pour l’huile dans sa partie liquide, le colza, qui comprend ces fameuses protéines, mais aussi des fibres dans sa partie solide, était essentiellement employé en nutrition animale.