Litige Airbus/Boeing

Paris « optimiste » quant à une suspension des taxes américaines


AFP le 05/03/2021 à 10:50

Le ministre délégué au Commerce extérieur Franck Riester s'est dit vendredi « relativement optimiste » quant à une suspension des taxes douanières américaines sur les vins européens dans le cadre du contentieux Airbus/Boeing, au lendemain de l'annonce d'un accord entre Londres et Washington.

Cet accord avec l’administration américaine de Joe Biden pour suspendre les droits de douane sur des produits britanniques comme le whisky écossais est de « bon augure », a déclaré le ministre français sur Sud Radio. Surtout, « Katherine Tai qui est la nouvelle ministre du Commerce extérieur, a dit qu’elle était favorable à sortir par le haut de ce contentieux Boeing Airbus qui est à l’origine des taxes sur les vins et spiritueux français et donc on peut avoir un espoir et être relativement optimiste sur une issue favorable » à ce conflit vieux de 16 ans, a-t-il ajouté.

Le ministre ne s’attend pas à un règlement définitif de ce litige, mais d’abord à une « suspension pendant X mois des taxes sur les vins et spiritueux et sur l’aéronautique, pour nous laisser le temps de sortir par le haut de ce contentieux, ce qui permettrait de lever à ce moment-là toutes les taxes sur tous les secteurs d’activité ». « Cette guerre commerciale avec les États-Unis elle est ridicule, elle a été menée par Donald Trump, nous l’avons subie et nous avons défendu nos intérêts », a ajouté Franck Riester, qui s’est dit convaincu que c’est la réaction européenne qui a fait « bouger l’administration américaine ».

Lors de son audition devant le Sénat fin février, la future représentante américaine au Commerce Katherine Tai a fait valoir la « nécessité pour les États-Unis et l’UE de s’unir pour trouver une réponse » dans ce conflit. Airbus et son concurrent américain Boeing, et à travers eux l’Union européenne et les États-Unis, s’affrontent depuis octobre 2004 devant l’OMC sur les aides publiques versées aux deux groupes, jugées illégales.

Les États-Unis ont été autorisés en octobre 2019 à imposer des taxes sur près de 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d’euros) de biens et services européens importés chaque année, à hauteur de 25 % pour les vins et spiritueux, et de 15 % pour les avions Airbus. L’administration Biden avait annoncé le 11 février le maintien pour le moment des taxes supplémentaires sur certains produits européens, entrées en vigueur le 12 janvier dernier, à quelques jours de la fin du mandat de Donald Trump.