Élections européennes 2019

Les agriculteurs veulent des engagements des candidats sur l’installation


AFP le 15/05/2019 à 11:16
Les représentants des principales listes candidates aux élections européennes ont défilé pour expliquer leur programme agricole, à l'invitation de la FNSEA et JA.De gauche à droite et de haut en bas: Hervé Juvin (Rassemblement national), Benoît Biteau (EELV), Roamin Dureau (La France insoumise), Nathalie Loiseau (Renaissance), Aziliz Gouez (PS-PLace publique, Angélique Delahaye (Les Républicains). (©@FNSEA)

Les représentants des principales listes candidates aux élections européennes ont défilé pour expliquer leur programme agricole, à l'invitation de la FNSEA et JA.De gauche à droite et de haut en bas: Hervé Juvin (Rassemblement national), Benoît Biteau (EELV), Roamin Dureau (La France insoumise), Nathalie Loiseau (Renaissance), Aziliz Gouez (PS-PLace publique, Angélique Delahaye (Les Républicains). (©@FNSEA)

Les candidats des six principales listes aux élections européennes, qui ont défilé devant les agriculteurs du syndicalisme majoritaire à l'occasion d'un « grand oral » organisé mardi 14 mai,ont pris conscience de la nécessité de sanctuariser le prochain budget de la Pac. Mais ils restent absents sur le sujet crucial de l'installation et du renouvellement des générations.

« Nous n’avons pas vu de vraies propositions sur la table pour renouveler les générations en agriculture en Europe », a déploré Samuel Vandaele, le nouveau président des Jeunes agriculteurs, à l’issue d’un grand oral sur les programmes agricoles des six principales listes pour les élections européennes, organisé par les deux syndicats mardi 14 mai à Paris.

À lire : [Point de vue] Élections européennes – Face au « grand flou » des programmes agricoles, la nécessité d’être plus précis

« Aujourd’hui, un certain nombre de candidats n’ont pas été au bout, ni pris conscience qu’il y avait besoin d’un renouvellement des générations. Le sujet des retraites a été abordé ici ou là mais c’est important d’avoir une cohérence en Europe sur les retraites pour avoir un vrai plan de transmission », a-t-il ajouté.

Sur la thématique de l’installation, Samuel Vandaele et les jeunes agriculteurs pensaient pouvoir compter sur Jérémy Decerle, leur ancien président parti rallier le parti présidentiel, en quatrième position de la liste Renaissance. Mais ils devront attendre. « Il faut aider les agriculteurs qui vont partir en retraite pour qu’ils ne cèdent pas nécessairement au plus offrant, qui n’est pas forcément le jeune agriculteur », s’est contenté de dire Nathalie Loiseau, la tête de liste LREM pour les européennes.

« Il n’y a pas eu d’agribashing, il nous aiment tous, ils nous ont tous caressé dans le sens du poil. Il fallait s’y attendre mais ça ne fait pas de mal quand même », a pour sa part relevé la présidente de la FNSEA Christiane Lambert. « On a eu des points d’accords sur les budgets, sur la transition, même s’il y a un gap entre ceux qui veulent 100 % de bio et ceux qui veulent 20 ou 30 % », a-t-elle ajouté.

Maintenir une agriculture européenne forte face aux pays continentaux

Entendre le slogan de la FNSEA « n’importons pas l’agriculture que nous ne voulons pas chez nous », de la bouche d’Angélique Delahaye, candidate sur la liste Les Républicains de François-Xavier Bellamy, a réjoui la présidente du syndicat majoritaire. Ceci dit,  Angélique Delahaye a toujours gardé des liens étroits avec le syndicat majoritaire, elle qui a présidé pendant 11 ans la fédération nationale des producteurs de fruits et légumes. « Nos messages passent sur ce sujet, reste à faire l’application » a-t-elle dit.

Christiane Lambert a en revanche brocardé l’utilisation par Aziliz Gouez, candidate sur la liste Parti Socialiste/Place Publique pilotée par Raphaël Glucksmann, de l’expression « agriculture intensive d’exportation » et la difficulté d’obtenir la définition de la « politique agricole et alimentaire commune » prônée par ce parti. « L’entité européenne a la bonne taille face à la Chine, les USA, la Russie et les grands pays continentaux lancés à grande vitesse sur l’alimentation et l’agriculture. La France est trop petite pour répondre à ces enjeux là. Nous sommes des européens convaincus, inquiets mais déterminés », a assuré la présidente de la FNSEA en appelant les agriculteurs à voter.

D’ailleurs, avec l’enjeu de la Pac, la première et principale politique commune de l’Union européenne, enjeu oh combien important pour eux, les agriculteurs devraient être les premiers assidus, dimanche 26 mai prochain, à passer dans l’isoloir. Selon un sondage en ligne réalisé sur terre-net.fr, 65 % des agriculteurs indiquent qu’ils iront voter.