Production laitière UE

L’EMB appelle à une refonte complète du système agricole actuel


TNC le 19/11/2021 à 10:04
L'Assemblée générale de l'EMB à Louvain. (©EMB)

L'Assemblée générale de l'EMB à Louvain. (©EMB)

Baisse de la production laitière, pression sur les coûts, faibles revenus… Face à la morosité du secteur laitier européen, les membres de l’European Milk Board, réunis en assemblée générale cette semaine, appellent à une « refonte complète du système agricole actuel » ainsi qu’à la mise en place d’une politique climatique adaptée.

L’European Milk Board (EMB), association de producteurs de lait dont les membres viennent de 16 pays européens, a tenu son assemblée générale les 16 et 17 novembre, à Louvain (Belgique). Au programme, les solutions à mettre en place pour soutenir le secteur laitier européen, face à une baisse de production et à une diminution croissante du nombre d’éleveurs dans un certain nombre de pays.

Le contexte de flambée des coûts de production était, logiquement, au cœur des préoccupations. Les éleveurs alertent ainsi sur la nécessité d’une prise en compte rapide de ces charges dans le prix payé aux producteurs.  

Des stratégies environnementales non tenables

« À la pression sur les coûts qui a pesé jusqu’à présent sur les producteurs, par exemple en raison de la stratégie libérale actuelle d’exportation et d’importation, s’ajoute la pression sur les revenus qui résulte des stratégies vertes actuelles et futures telles que le Pacte vert et la stratégie De la ferme à la fourchette », dénonce ainsi l’EMB. Pour l’organisation, les stratégies de durabilité définies au niveau européen doivent davantage tenir compte de la réalité du secteur de l’élevage. « Nous voulons une politique climatique, car il va sans dire que nous, les agriculteurs, sommes les premiers à ressentir les effets du changement climatique. Toutefois, cette politique doit être abordable et réellement efficace pour l’environnement et le climat », rappelle l’EMB.

Couvrir les coûts, financer la durabilité

Il s’agit donc, pour l’EMB, de « corriger les erreurs du passé » dans les futures politiques publiques. « Les représentants des producteurs laitiers présents à la réunion ont mis l’accent sur la nécessité d’avoir des instruments à disposition pouvant limiter temporairement les volumes en période de crise, ainsi qu’une politique axée sur un financement solide des mesures de durabilité », souligne l’organisation dans un communiqué. Les coûts liés à la durabilité doivent être couverts, comme l’ensemble des coûts de production.   

La Pac 2023-2027 intègre un instrument de réduction volontaire des volumes en cas de crise, une évolution saluée par l’EMB. Cependant, ce « petit pas en avant » doit être prolongé par « une refonte complète du système agricole actuel », estime Sieta van Keimpema, présidente de l’EMB.

Une manifestation est prévue les 13 et 14 décembre à Bruxelles pour interpeler la commission européenne sur la nécessité d’une politique agricole qui assure des prix rémunérateurs aux éleveurs et aux agriculteurs.