Euronext

Le blé en progression en raison de craintes persistantes de déficit hydrique


AFP le 20/05/2020 à 14:25

Les prix du blé étaient en nette progression, mercredi à la mi-journée, en raison notamment de craintes sur le plan climatique.

« Le déficit hydrique s’accentue sur une grande partie de l’Europe, laissant craindre une perte de rendements sur les cultures de printemps », soulignait le cabinet Agritel dans une note.

La Commission européenne avait ainsi revu mardi à la baisse les rendements de blé sur le continent par rapport à ses projections du mois dernier.

À l’inverse, le bassin mer Noire bénéficie actuellement de pluies, « si on fait exception de la Roumanie qui devrait connaître une nette chute de sa production en raison du déficit hydrique de printemps », ajoutait Agritel.

Le ministre de l’agriculture russe Dmitri Patrouchev a déclaré mercredi, lors d’une visioconférence avec le président Poutine, qu’il prévoyait une récolte de 120 millions de tonnes de céréales en 2020. « Malgré les conditions climatiques défavorables dans certaines régions, le taux de semis dépasse aujourd’hui le niveau de l’an dernier (…) Nous prévoyons qu’en 2020 la récolte de céréales pourrait atteindre environ 120 millions de tonnes » (Mt), a-t-il notamment déclaré.

Le chiffre est élevé, mais en deçà des projections publiées en début de semaine : l’opérateur logistique Rusagrotrans estime la production russe de céréales à 124 Mt. L’estimation du cabinet russe Sovecon est de 126,5 Mt.

« Il y a une dualité en Russie, c’est sec dans le sud du pays, mais dans le centre c’est magnifique », commentait Damien Vercambre, analyste au cabinet Inter-Courtage. Ces conditions de culture contrastées induisent selon lui encore « une grosse incertitude » sur la quantité de blé que la Russie sera en mesure d’exporter lors de la prochaine campagne.

Par ailleurs, en Allemagne, l’office national statistique faisait état d’une baisse des surfaces de blé d’hiver de 7 % par rapport à l’an passé pour la récolte 2020.

Peu avant 14 h 30 (12 h 30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre progressait de 1,75 euro sur l’échéance de septembre à 186,75 euros, et de 1,75 euro également sur l’échéance de décembre à 188,75 euros, pour environ 12 300 lots échangés.

La tonne de maïs, elle, progressait de 75 centimes sur l’échéance de juin à 164 euros, et d’1 euro sur l’échéance d’août à 166,75 euros, pour quelque 500 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.