Euronext

Le blé reprend son souffle


AFP le 12/02/2020 à 14:05

Les prix du blé étaient à l'équilibre mercredi à la mi-journée après la publication de plusieurs données de nature à soutenir les cours, dont des prévisions d'exportations maintenues par FranceAgriMer en dépit des grèves contre la réforme des retraites.

Les cours avaient fortement baissé mardi, notamment après le résultat décevant de l’appel d’offres de l’Égypte, dont l’autorité publique d’achat a finalement retenu trois bateaux roumains et trois bateaux russes.

Une demi-surprise, compte tenu du repli des cours des blés du bassin de la mer Noire, ces dernières semaines. « De plus, les exportations origine France restent soutenues vers les autres pays, ce qui ne nécessitait pas d’être particulièrement agressif sur cette destination », estime le cabinet Agritel dans une note.

L’Algérie a d’ailleurs acheté 660 000 tonnes de blé dont une grande partie devrait provenir de France, selon les connaisseurs du marché.

L’organisme public FranceAgriMer, dans son dernier rapport mensuel, a maintenu le niveau d’exportations de la France par rapport au mois dernier, tablant sur un repli des exportations vers les pays de l’Union européenne à 8 millions de tonnes (- 200 000 tonnes), compensé par un relèvement des exportations vers les pays tiers (hors UE), à 12,6 millions de tonnes (+ 200 000 tonnes). Concernant la prochaine récolte, le ministère de l’agriculture a logiquement tenu compte des fortes précipitations qui ont touché cet hiver la façade ouest du pays et a revu à la baisse les surfaces de blé d’hiver par rapport à l’an dernier.

« En 2020, les surfaces de céréales d’hiver baisseraient de 4,1 % et atteindraient 6,6 millions d’hectares », indique Agreste, le service statistique du ministère. « La sole de blé tendre diminuerait de 5,6 %, alors que celle de blé dur stagnerait. » Des reports vers des cultures de printemps, comme l’orge ou le maïs, sont donc à prévoir.

Vers 12h30 (11h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé était inchangée sur l’échéance de mars à 192,50 euros, et en progression de 25 centimes sur mai à 191,50 euros, pour près de 20 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, était inchangée, tant sur le contrat de mars, à 166,75 euros, que sur celui de juin, à 172 euros, pour une centaine de lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.