Jeunes agriculteurs

Investissement, gestion des risques, éligibilité au cœur du congrès JA


TNC le 03/06/2021 à 11:09

Covid-19 oblige, le dernier congrès de Jeunes agriculteurs s’est tenu le 2 juin à distance. Et si le format s’est avéré frustrant pour ce qui constitue habituellement un moment fort de convivialité pour le réseau, les échanges ont pu avoir lieu autour du rapport moral sur les critères d’éligibilité à JA, et avec le ministre sur la gestion des risques, comme l’investissement dans la nouvelle génération d’agriculteurs.

Les sujets abordés au cours du congrès JA, le 2 juin 2021, ont été riches malgré un format à distance : protection du foncier, loi Égalim 2, installation des jeunes agriculteurs, transmission des exploitations, a résumé en fin de journée Samuel Vandaele, président du syndicat. L’événement a également permis d’évoquer le rapport moral sur l’évolution des critères d’éligibilité à JA.

Repousser la limite d’âge pour adhérer à JA

« Nous avons lancé cette année une réflexion pour savoir si les critères d’éligibilité à JA sont encore les bons pour notre réseau », explique Arnaud Gaillot, secrétaire général de JA. Une forte majorité souhaite repousser la limite d’âge au-delà de 35 ans (âge limite pour adhérer actuellement au syndicat), peut-être jusqu’à 40 ans, indique-t-il. Le réseau souhaite également maintenir à deux ans la durée des mandats pour favoriser le turn-over, gage de dynamisme, et propose de limiter le nombre de mandats à deux pour le président et le secrétaire général. Le rapport doit à présent être travaillé avec le réseau.

Le ministre interpellé sur la gestion des risques et l’investissement pour l’avenir

Le ministre, présent à la fin du congrès, a été interpellé autour de deux thématiques, indique Samuel Vandaele, l’investissement dans l’avenir et la prévention face aux risques agricoles. Des sujets assez vastes, qui regroupent les différents leviers (Pac, formation, etc.) pour convaincre les jeunes de s’installer en agriculture à l’avenir. « Aujourd’hui, le premier point qui fait qu’ils vont s’engager, c’est de pouvoir gagner dignement sa vie, prendre des congés, allier vie professionnelle et vie personnelle », explique le président de JA. Il faut donc mieux sécuriser les outils de production, notamment le foncier, mais également revoir le dispositif d’assurance. Le syndicat salue donc la proposition de loi de Jean-Bernard Sempastous, et le lancement de la réforme de l’assurance lancée lors du Varenne de l’eau.

Enfin, pour soutenir la dynamique de renouvellement des générations, la campagne de communication nationale sur les métiers de l’agriculture et de l’alimentation devrait débuter à la fin du mois, à la grande satisfaction de JA qui est à l’origine de cette proposition. Prévue dans le cadre du plan de relance, la campagne est dotée de 10 millions d’euros.