Euronext

Fermeté pour le blé, les importateurs de retour aux achats


AFP le 19/09/2019 à 13:35

Les prix du blé étaient encore fermes, jeudi à la mi-journée, en raison principalement d'une succession d'appels d'offres tous azimuts.

« Profitant de prix sur les plus bas de ces deux dernières années, la demande internationale se réveille subitement en blé tendre avec une multiplication des appels d’offres », commentait le cabinet Agritel.

Lire aussi : Le blé américain soutenu par un regain de demande

Après l’Algérie, l’Égypte, l’Éthiopie, la Turquie, c’est au tour de la Tunisie de passer aux achats de blé tendre et d’orge fourragère. « Il faudra également compter avec les acheteurs du Maroc », ajoutait Agritel, selon qui, la réunion de l’office marocain prévue jeudi, « sera suivie avec grand intérêt par les importateurs du pays » : « La décision attendue est de concrétiser l’ouverture du marché à partir du 1er octobre avec un droit de douane réduit à 35 %. Parmi les récentes transactions, l’Algérie aurait acheté, selon Agritel et Inter-Courtage, près de 600 000 tonnes de blé tendre d’origine optionnelle dont une large majorité semble française. L’Egypte, quant à elle, n’a acheté que du blé russe pour 180 000 tonnes. Enfin, la Turquie aurait acheté 250 000 tonnes de blé d’origine mer Noire, croyait savoir Agritel.

Peu avant 12h30 (10h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé progressait de 25 centimes d’euro sur l’échéance de décembre à 171,75 euros et était inchangée sur l’échéance de mars à 175,75 euros, pour un peu plus de 4 300 lots échangés. La tonne de maïs, elle, reculait légèrement, de 50 centimes, tant sur l’échéance de novembre à 163,50 euros, que sur celle de janvier à 168,75 euros, pour un peu plus de 250 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.