Marchés agricoles

Des perspectives favorables pour l’agriculture européenne en 2021


TNC le 07/04/2021 à 18:09
Les perspectives à court terme sont favorables pour les marchés agricoles européens, indique un rapport trimestriel de la Commission européenne. (©Commission européenne)

Les perspectives à court terme sont favorables pour les marchés agricoles européens, indique un rapport trimestriel de la Commission européenne. (©Commission européenne)

Malgré une année 2020 remplie d’incertitudes, l’agriculture européenne a cependant bien résisté à la crise provoquée par la pandémie de Covid-19. Les pertes de débouchés dans la restauration hors domicile ont été en partie compensées par l’augmentation des volumes dans le commerce de détail et par la consommation à domicile. En 2021, les voyants semblent au vert pour les marchés agricoles européens, qui peuvent compter sur la réouverture de la restauration hors foyer, en lien avec la montée en puissance de la vaccination.

La demande dynamique et la réouverture progressive des lieux de restauration hors domicile, en lien avec la progression de la vaccination contre la Covid-19, devraient offrir des perspectives favorables aux marchés agricoles européens dans les mois à venir, estime la Commission européenne dans ses perspectives économiques à court terme, parues le 31 mars.

La réouverture de la restauration devrait ainsi permettre de tirer les volumes de beurre et de fromages européens. La baisse du cheptel laitier européen, entamée depuis quelques années, devrait néanmoins se poursuivre, en dépit de prévisions de production en hausse de + 1 %, liée à l’augmentation de + 2 % des rendements.

Côté diplomatique, les incertitudes sur le commerce extérieur avec les États-Unis sont en partie levées avec l’arrivée de Joe Biden au pouvoir. Concernant les échanges avec le Royaume-Uni, un temps d’adaptation sera nécessaire aux deux parties, indique le rapport.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.

Production et prix en hausse pour les grandes cultures

Les prix des principales céréales augmentent, parallèlement aux coûts de production. En cause, une demande dynamique menée par la Chine, et des tensions liées aux restrictions à l’export en Russie et des inquiétudes quant au niveau des stocks mondiaux, avec des prévisions de – 10 % sur le maïs et de – 22 % sur le soja pour 2020/21 (par rapport à la précédente campagne). Les prix des oléagineux ont également progressé ces derniers mois, revenant aux niveaux de 2012, souligne le rapport.

Au total, la production céréalière européenne atteint 295,2 millions de tonnes (Mt) pour la campagne 2020/21 (+ 5,3 % par rapport à 2019/20). Pour 2021/22, la commission européenne prévoit une augmentation de la production de céréales de + 2,5 % dans l’UE. La production d’oléagineux est également en hausse pour 2020/21 (+ 3,4 %) soit 16,7 Mt, une tendance qui devrait se poursuivre sur 2021/22. La production de protéagineux a également progressé sur la campagne (+ 1,2 % par rapport à la moyenne quinquennale), et elle devrait atteindre 4,5 Mt en 2021/22.

Sucre : faibles disponibilités et prix hauts

La jaunisse qui a touché les betteraves françaises se ressent sur la production européenne de sucre, au plus bas depuis cinq ans avec 14,4 Mt, soit – 12 % par rapport à 2019/20. La production mondiale est prévue à la baisse, parallèlement à une augmentation de la consommation, ce qui devrait réduire les stocks de fin de campagne. Suite à des récoltes décevantes dans l’hémisphère nord, les prix mondiaux ont fortement augmenté ces derniers mois (+ 26 % pour le sucre blanc, + 33 % pour le sucre brut).

La demande devrait rester stable, et les surfaces devraient néanmoins approcher les 1,5 million d’hectares pour la prochaine campagne, soit un niveau similaire à 2020/21. La ré-autorisation temporaire des néonicotinoïdes en France pourrait conduire à un rebond des surfaces dans l’hexagone, indique la Commission européenne.