Agroalimentaire

Des grandes marques expérimentent la vente en vrac chez Franprix


AFP le 19/02/2021 à 09:28
(©Getty Images)

(©Getty Images)

Ancel, Carambar, Lutti ou Kellogg's : des produits de grandes marques vont être proposés à la vente en vrac dans quatre magasins Franprix de Paris et Ile-de-France, annonce le distributeur jeudi, en promettant des prix équivalents ou moins chers que pour les produits emballés.

L’enseigne du groupe Casino va expérimenter cette offre dans quatre magasins, à Paris (rue Haxo dans le 19e, rue de Montreuil dans le 11e), à Courbevoie (Hauts-de-Seine) et à Andrésy (Yvelines), jusqu’en mai 2021. L’objectif affiché est « d’évaluer l’intérêt des consommateurs pour ce nouveau concept » et de « réfléchir au modèle économique et logistique pour un déploiement à plus grande échelle ». Franprix, qui revendique 900 points de vente en Ile-de-France et dans le sud-est de la France, ainsi que les marques « s’engagent à ce que ces produits soient vendus au même prix ou un peu moins chers (5 % environ) que leurs équivalents emballés », selon un communiqué du distributeur.

L’assortiment se compose de 24 à 36 références selon la taille des magasins, dans cinq grandes catégories : petit déjeuner avec du café Carte noire et des céréales Kellogg’s ; quinoa et légumineuses (marque distributeur) ; féculents (pâtes, riz, couscous et blé) de marque Panzani, Taureau Ailé ou Ebly ; biscuits apéritifs (Bénénuts, Ancel) ; et des bonbons (Arlequin, Lutti, Carambar). L’Ilec, qui représente les marques nationales (pas seulement alimentaires), « se félicite » dans un communiqué de ce « lancement prometteur ».

Les industriels livreront un logisticien, FM Logistic, qui reconditionnera les produits en trémies ou bacs à pelle en carton recyclable depuis son site de Mormant, en Seine-et-Marne, puis les livrera aux magasins, explique-t-elle. Les magasins « mettent en rayon les trémies ou bacs, sans manipulation des produits, dans un meuble spécialement conçu ».

Réseau Vrac, qui fédère un gros millier d’acteurs de la filière dans 14 pays francophones, a estimé récemment que le marché des produits sans emballage a dépassé le milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2019 en France, et a fixé pour objectif d’y réaliser 3,2 milliards d’euros de ventes en 2022. L’Ilec « compte avoir contribué à ce que cette estimation, qui n’incluait pas les grandes marques, soit bientôt dépassée », dit-elle jeudi. Le projet de loi « Climat et Résilience », présenté le 10 février en conseil des ministres, fixe un objectif de 20 % de la surface de vente consacrée d’ici 2030 à la vente en vrac dans les commerces de plus de 400 m2.