Exel Industries

Chute de 18 % du bénéfice net, recul du marché de la pulvérisation agricole


AFP le 18/12/2018 à 09:20

Le fabricant d'appareils de pulvérisation Exel Industries a enregistré un recul de 18 % de son bénéfice net pour son exercice décalé 2017/2018, en raison notamment de la décroissance du marché de la pulvérisation agricole en France, indique le groupe mardi dans un communiqué.

Le bénéfice net ressort à 39,2 millions d’euros tandis que les ventes ont enregistré un recul de 4 %, à 839,1 millions d’euros, lors de l’exercice décalé 2017/2018, lequel souffre de la comparaison avec un exercice précédent marqué par la fin des quotas européens de sucre et d’un effet de change défavorable. Le résultat opérationnel courant (Ebit courant) est également en recul à 61,7millions d’euros, à 7,4 % du chiffre d’affaires, contre 7,9 % l’année précédente, en raison de l’effet volume de la baisse de chiffre d’affaires mais également d’un élément non récurrent : la provision de deux risques clients.

La principale activité du groupe, la pulvérisation agricole, est en effet en recul de 4,3 % à 364,4 millions et la pulvérisation industrielle en baisse de 3,2 % à 201,6 millions. Le plus gros recul des ventes touche la division arracheuses de betteraves avec une chute de 12,3 % (20 % pour le seul quatrième trimestre) à 154,6 millions d’euros. La division pulvérisation et arrosage de jardin réalise par contre une très belle année, grâce à des gains de parts de marché, et voit son chiffre d’affaires augmenter de 9 % à 118,5 millions d’euros. « Globalement, nous anticipons une année 2018-2019 en légère croissance, notamment en France, en Amérique du Nord et en Asie », a indiqué Guerric Ballu, directeur général du groupe, cité dans le communiqué.

« Du fait de la baisse des ventes des activités agricoles, notre marge opérationnelle est revenue au niveau de l’exercice 2015-2016, soit 7,4 % du chiffre d’affaires. Nous maintenons néanmoins notre objectif de croissance durable et profitable et prenons les mesures nécessaires pour redresser nos marges », souligne-t-il. Le groupe Exel espère toutefois voir augmenter les ventes de pulvérisateurs car ils doivent s’adapter aux nouvelles exigences écologiques et environnementales exprimées en France comme en Europe. Par contre, dans un contexte de maintien d’un prix bas du sucre, les ventes d’arracheuses de betteraves « devraient être en recul mais partiellement compensées par la croissance des ventes » d’une machine de transport logistique en plein champ, « dont le développement est prometteur », assure le groupe.

Par ailleurs, Exel Industries a indiqué qu’il allait verser une prime exceptionnelle de solidarité « de 1 000 euros pour tout collaborateur français gagnant moins de 27 000 euros bruts annuels ». Les salariés français percevant une rémunération annuelle comprise entre 27 000 et 36 000 euros bruts se verront attribuer une prime dont le montant sera dégressif avec un plancher minimum de 100 euros. En France, « 60 % des employés d’Exel Industries seront concernés », assure le groupe.