Commercialisation des grains

Captain Farmer sort un « guide » pour « enfin réussir » à maîtriser ses ventes


TNC le 04/12/2019 à 16:57
Sébastien Poncelet, directeur de Captain Farmer, a présenté mardi 3 décembre 2019, un guide en 10 étapes pour « enfin réussir la commercialisation des grains ». (©TNC)

Sébastien Poncelet, directeur de Captain Farmer, a présenté mardi 3 décembre 2019, un guide en 10 étapes pour « enfin réussir la commercialisation des grains ». (©TNC)

Un mois et demi après le lancement de son application de conseil pour vendre sa récolte, Captain Farmer, la start-up interne d’Agritel, publie un guide de conseil « en 10 étapes clés » pour « faire progresser les agriculteurs face à la volatilité des prix » et ainsi les aider « à réussir leur commercialisation ».

Présentée lors du dernier Sima, en février dernier, Captain Farmer, la start-up interne d’Agritel et l’application du même nom dédiée à la commercialisation des grains, publie un guide « Comment enfin réussir sa commercialisation en 10 étapes clés ». Un guide qui reprend les points clés qu’Agritel avait détaillés lors d’une matinée en juillet 2018.

« La commercialisation des grains, c’est l’enjeu économique numéro un pour une exploitation. La variation du prix du vente est la variable principale qui fait bouger le revenu des agriculteurs », a rappelé Sébastien Poncelet, à la tête de Captain Farmer lors de la présentation du guide à la presse mardi 3 décembre.

« Or cet enjeu est perçu comme stressant car c’est complexe et chronophage. » Selon lui, beaucoup d’agriculteurs prennent des gros risques financiers et n’ont pas les résultats à la hauteur de leurs attentes. « Certains n’osent finalement plus rien faire. D’autres disent « J’ai bien vendu, j’ai eu de la chance ». Cela ne doit pas être une question de chance, mais une question de travail et de méthode. »

Les recommandations défendues par Captain Farmer allient « compréhension » des marchés, « prise de décision » et surtout « méthodologie » « pour ne plus se laisser emporter par les émotions » au moment de vendre.

Bien peser le bénéfice-risque et savoir prendre du recul

Sébastien Poncelet a insisté sur la nécessité de « savoir prendre du recul » par rapport aux variations de prix. « Il est préférable de raisonner en chiffre d’affaires par hectare plutôt qu’en euros par tonne. » Et le spécialiste de citer un exemple : « quand le blé augmente de 5 €/t en passant de 180 à 185 €/t, ça ne fait progresser le chiffre d’affaires par hectare que de 40 €. » L’intérêt d’attendre encore – et ainsi prendre un risque supplémentaire – pour gagner quelques euros par tonne s’avère, selon lui, assez limité en termes de résultat d’exploitation.

Lancée officiellement sur stores Apple et Google à la mi-octobre, l’application Captain Farmer « comptabilise 400 téléchargements », s’est réjoui Sébastien Poncelet. Après un « essai gratuit d’un mois », trois formules d’abonnement sont proposées, de 45 € à 110 €/mois, avec un « engagement d’un an ». Les créateurs de l’application espèrent fidéliser 1 000 agriculteurs d’ici un an, et intéresser des OS qui pourront « distribuer Captain Farmer auprès de leurs adhérents. »

À voir : Les explications de Sébastien Poncelet sur le lancement de Captain Farmer

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les cotations Agri Mutuel.