Phytosanitaires

Corteva Agriscience investit en France dans les solutions d’origine naturelle


TNC le 24/09/2019 à 16:12
Les produits de la gamme Inatreq active ont reçu l'approbation d'utilisation dans l'UE, l'évaluation est en cours pour une homologation en France prévue en 2021. (©Corteva Agrisciences)

Les produits de la gamme Inatreq active ont reçu l'approbation d'utilisation dans l'UE, l'évaluation est en cours pour une homologation en France prévue en 2021. (©Corteva Agrisciences)

Corteva Agriscience vient d'inaugurer sa nouvelle unité de formulation et de conditionnement en France, dédiée aux produits d'origine naturelle.

C orteva Agriscience vient d’inaugurer sa nouvelle unité de formulation et de conditionnement sur l’usine de Cernay (Haut-Rhin), représentant un investissement de 20 millions d’euros. Cette unité est notamment dédiée aux produits de la gamme Inatreq active, « dont l’utilisation a été approuvée dans l’UE et qui représentent une nouvelle famille de fongicides céréales (picolinamides), dont la substance active provient de produits naturels obtenus par fermentation », explique Corteva. « La production sur le nouvel atelier de près de 4 000 m² débutera en octobre 2019 et devrait s’accompagner de la création de 50 emplois dans les quatre ans à venir. »

Efficace contre septoriose et rouilles, « Inatreq active change la donne en permettant aux producteurs d’améliorer leurs rendements, tout en combinant flexibilité d’application et sécurité pour les cultures. De par son origine naturelle, Inatreq répond également à une demande forte de la société en Europe en matière d’innovation en agriculture », déclare Susan Lewis, senior vice-president et responsable opérations de Corteva Agriscience. « […] Avec la présence de deux principaux sites de production en Alsace, cet investissement reflète l’intérêt que l’entreprise témoigne au développement de nos activités locales et aux relations de confiance établies avec les communautés ».

À lire aussi : Semences et protection des cultures – Corteva Agriscience se développe en France