Cultures associées

Un essai colza-trèfle blanc-sarrasin plutôt concluant pour le GIEE de Morancy


TNC le 18/02/2020 à 09:01
Les résultats de cet essai ont été présentés, le 29 janvier dernier, lors de la 10e édition de l'Agroforum, journée mêlant synthèse d'essais et interventions d'experts pour les adhérents de la coopérative Agora. (©Easi'nov)

Les résultats de cet essai ont été présentés, le 29 janvier dernier, lors de la 10e édition de l'Agroforum, journée mêlant synthèse d'essais et interventions d'experts pour les adhérents de la coopérative Agora. (©Easi'nov)

Au cœur du pays de Thelle dans l'Oise, les membres du GIEE de Morancy travaillent à la prévention et réduction des pollutions, ainsi qu'à la diminution de l'usage des produits phytosanitaires et des fertilisants. Parmi les différents essais mis en place, les agriculteurs ont testé la culture associée de colza-trèfle blanc-sarrasin lors de la campagne 2018-2019. Si elle présente un réel intérêt environnemental et économique, elle peut toutefois être pénalisée par la sécheresse.

Pour cet essai, le GIEE de Morancy, en lien avec Easi’nov, a mis en place le protocole suivant lors de la campagne 2018/2019 : « un semis au 10 juillet 2018 de 2,5 kg/ha de colza + 2 kg/ha de trèfle blanc + 35 kg/ha de sarrasin avec un semoir direct Semeato, dans une parcelle avec un précédent orge d’hiver », indique Luc Vandeputte, expert agronomique Easi’nov à l’occasion de la 10e édition de l’Agroforum.

Grâce à un semis en juillet, le sarrasin a pu être récolté pendant l’automne 2018, pour un rendement de 10 q/ha. Avec ces cultures associées, l’expert dresse un premier bilan phytosanitaire en sortie d’hiver (au 15 février 2019) : « Aucun désherbage anti-dicotylédones et aucun insecticide réalisé à l’automne ».

Lire aussi : Légumineuses associées au colza : un espoir contre l’altise

Il observe aussi un bon redémarrage du colza suite au premier apport d’azote. « Attention, par contre, au choix de la variété pour le trèfle blanc, qui peut se montrer « agressif » à la floraison notamment », précise Luc Vandeputte. Récolté au 17 juillet 2019, le colza affiche un rendement moyen de 35 q/ha. L’agriculteur en charge de cet essai a également eu l’opportunité de récolter le trèfle blanc. Et après les pluies, ce dernier a pu repartir et servir de couvert ensuite.

Lire aussi : Combiner les leviers agronomiques pour réduire les intrants

Un intérêt à la fois économique et environnemental

Comme le montre ce bilan, l’association colza – sarrasin – trèfle blanc présente « un réel intérêt » à la fois économique et environnemental : il permet de réduire le recours à certains intrants et d’apporter d’autres produits (récolte du sarrasin et du trèfle blanc). Cela reste toutefois une « opportunité », précise Luc Vandeputte. En effet, le même essai a été renouvelé à l’automne 2019. Mais compte tenu de la sécheresse, le sarrasin n’a pas pu être récolté, accusant un retard de levée trop important. Il a été détruit par le gel en octobre.

Bilan économique/IFT essai colza + sarrasin + trèfle blanc du GIEE de Morancy – campagne 2018/2019.

Lire aussi : Les effets souterrains de la diversité végétale