Métiers du lait

Le Cniel et l’Onisep s’engagent pour la formation et la promotion de ces métiers


TNC le 28/02/2019 à 17:12

Le Cniel signe un accord national avec l’Onisep, office national d’information sur les enseignements et les professions, pour développer la formation et améliorer l’information de la filière laitière. Ils s’engagent ainsi pour des enjeux de renouvellement des générations et d’attractivité des métiers, prioritaires pour cette filière.

À l’occasion du Salon international de l’agriculture, une table ronde « attractivité, emploi, formation : les défis de la filière laitière française » s’est tenue en présence de Didier Guillaume, ministre de l’agriculture et l’alimentation. À l’issue de celle-ci, le Cniel a signé un accord national avec l’Onisep pour contribuer ensemble à promouvoir les métiers d’élevage et de l’industrie du lait. « À travers ce partenariat, nous souhaitons construire dans la durée une démarche globale visant à une plus grande visibilité, attractivité et représentation des métiers de notre filière. L’enjeu est fort. L’appropriation doit se faire par tous les publics concernés : les jeunes, les équipes éducatives, les responsables de formation de nos entreprises… », déclare Thierry Roquefeuil, président du Cniel.

La filière peine à recruter

Avec 760 sites de production répartis partout en France, au plus près des fermes, la filière industrie laitière totalise 60 000 emplois, dont 85 % dans des communes de moins de 15 000 habitants. Cependant, la filière peine à recruter. Bien que 3 000 personnes soient recrutées en CDI chaque année, 15 % de ces annonces en CDI ne sont pas pourvues et il faut compter en moyenne 12 mois pour recruter un nouveau collaborateur. Au total, ce sont 83 % des entreprises laitières interrogées qui rencontrent des difficultés dans leurs recrutements et regrettent un manque de candidature, notamment pour les postes de conducteur de machine (niveau Bac pro), technicien de maintenance (BTS), conducteur de ligne (BTS), pilote d’installation automatisée (BTS), encadrant opérationnel laitier, chauffeur collecteur…

42 % des éleveurs laitiers ont plus de 50 ans

Par ailleurs, près de 60 000 exploitations laitières sont aujourd’hui présentes sur l’ensemble des territoires et participent à la vie sociale et économique des campagnes françaises. Mais 42 % des éleveurs laitiers ont plus de 50 ans. Une problématique de renouvellement générationnel se pose donc, entraînant une profonde mutation du milieu. En quelques décennies, une nouvelle génération d’agriculteurs avec des compétences et des façons de travailler s’est en effet installée. Ces nouveaux éleveurs ne sont plus nécessairement issus de familles d’agriculteurs, ils travaillent sous forme sociétaire, en Gaec (Groupement agricole d’exploitation en commun) ou en EARL (Exploitation agricole à responsabilité limitée) entre parents, enfants ou voisins, pour mettre en commun leurs moyens de productions et leurs compétences. D’ici 5 ans, c’est donc 1 litre de lait sur 2 qui sera produit par cette nouvelle génération.

Accompagner l’évolution de la filière laitière

Ainsi, pour répondre aux besoins des entreprises et de la filière, des formations spécifiques ont été développées dans les Enil, écoles nationales des industries laitières. Dépendantes du ministère de l’agriculture et du conseil régional, elles ont pour missions la formation, l’insertion, la recherche, la coopération internationale, l’animation et le développement des territoires. Ces écoles et universités tissent des liens étroits avec les entreprises laitières et offrent un large panel de formations, de tous niveaux. 65 % de celles-ci sont d’ailleurs dispensées en alternance et des formations continues en entreprise sont proposées. En septembre 2018, a ainsi été lancée la première promotion de fromagers. Aujourd’hui, la filière va encore plus loin en signant avec l’Onisep une convention à l’échelle nationale pour contribuer ensemble à :

  • « Améliorer la connaissance des formations et des métiers de la filière laitière, notamment auprès des jeunes et des personnels en charge de leur orientation : enseignants, psychologues de l’éducation nationale »
  • « Développer l’information sur les métiers de l’élevage et de l’industrie de transformation du lait, par la visite d’exploitations, d’entreprises et la diffusion de supports d’information »
  • « Développer la formation professionnelle dans ce secteur ».