Engraissement

De nouveaux outils d’évaluation du bien-être animal


TNC le 14/10/2021 à 10:04
Par securite, les mesures de bien-etre en JB se feront sur la base d'images filmees. (©TNC)

Par securite, les mesures de bien-etre en JB se feront sur la base d'images filmees. (©TNC)

Le faire, c’est bien, le prouver c’est mieux. Le respect du bien-être animal est de plus en plus scruté par les consommateurs. L’Institut de l’élevage développe deux nouveaux outils, en veaux de boucherie et en taurillons, pour faciliter son suivi.

Pour toutes les filières animales, prouver la prise en compte du bien-être animal est une nécessité. « La filière bovine est bien consciente de répondre à cet enjeu sociétal, souligne Christelle Demont, responsable des dossier bien-être à Interbev. Pour que les éleveurs puissent prouver facilement leurs bonnes pratiques et le bien-être de leurs animaux, il leur faut des outils de diagnostic utilisables en routine. »

Évaluer le bien-être des veaux de boucherie

Pour les veaux de boucherie, il existait bien un outil issu du programme Welfare Quality, mais avec plus de 27 mesures à faire – pour lequel il fallait 6 heures en élevage – plus des mesures en abattoir, il n’était pas facilement utilisable. Pour simplifier le protocole et le rendre accessible, un nouvel outil a été développé autour de 4 grands indicateurs : la bonne alimentation, la bonne santé, le respect du comportement de son espèce, un logement adapté.

« Les mesures sont évaluées par des notions qui parlent aux éleveurs. Par exemple pour le respect du comportement, il s’agit de repérer des comportements de jeux, d’évaluer l’état émotionnel et la qualité de la relation à l’homme. Pour la bonne santé, les gros genoux ou les rumens gonflés », détaille Christelle Demont. Ce nouvel outil sera utilisable en élevage fin 2021. Le technicien habituel de l’élevage pourra le réaliser et une présentation des résultats par seuil permettra à l’éleveur de se situer et d’identifier facilement ses éventuelles marges de progrès. « Ça nous aidera à montrer que nos veaux sont bien dans leurs conditions d’élevage », anticipe Laurent Boisset, président du comité veaux de boucherie de l’Institut de l’élevage.

De la vidéo surveillance en jeunes bovins

Dans la production de jeunes bovins aussi, le bien-être est suivi de près. Jusqu’à présent, il y avait peu d’indicateurs adaptés aux conditions de conduite françaises (paille, taille des lots). Avec le projet Casdar BeBop, l’analyse du comportement sera simplifiée et pourra se faire en routine.

En production de taurillons, les difficultés d’entrer dans les cases pour faire des mesures, d’observer les animaux de façon individuelle a poussé les scientifiques à faire appel à la vidéo. À partir d’images filmées, une application repère les animaux, mesure leurs différentes actions (debout/couché/alimentation/rumination) et identifie les comportements de stress. Disponible en juin 2023, cet outil permettra de suivre, et de prouver, le bien-être de ses animaux, mais aussi de progresser sur l’organisation de son bâtiment, la gestion de la ventilation…